UN sur CINQ

DUN sur CINQ ZERO SUR CINQ: pourquoi faut-il saxer sur les donnes?


Le manque de politiques prventives efficaces demeure le principal obstacle llimination de la violence sexuelle lgard des enfants. La mconnaissance de lampleur relle de cette violence, due labsence de donnes fiables, se solde par des stratgies de prvention inadaptes.

Ltendue du problme tant largement sous-estime, la campagne UN sur CINQ du Conseil de lEurope utilise comme point de dpart une estimation pour motiver les gouvernements, les parlements, les professionnels de lenfance et les parents afin quils prennent les mesures urgentes ncessaires pour prvenir la violence sexuelle, protger les enfants et poursuivre les agresseurs.

Lefficacit des politiques de prvention dpend galement de lexactitude et de la qualit des donnes. Cest pourquoi la Convention du Conseil de l'Europe sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote) demande aux pays de mettre en place des mcanismes de recueil de donnes ou des points dinformation, au niveau national ou local et en coopration avec la socit civile, permettant, dans le respect des exigences lies la protection des donnes caractre personnel, lobservation et lvaluation des phnomnes dexploitation et dabus sexuels concernant des enfants" (Article 10).

Lun des buts spcifiques de la campagne UN sur CINQ du Conseil de l'Europe est dinciter les pays financer la recherche sur lampleur des violences sexuelles, en fonction de laquelle ils pourront adapter leurs politiques de prvention et de protection. Le but final est sans ambages de parvenir au chiffre de zro sur cinq.