La Convention considère que les évolutions des techniques de production agricole, sylvicole, industrielle et minière, ainsi que les pratiques en matière d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de transport, de réseaux, de tourisme et de loisirs, et plus généralement les changements économiques mondiaux ont en effet très fréquemment conduit à une dégradation, à une banalisation ou à une transformation des paysages.

Elle relève que de nombreuses zones rurales et périurbaines notamment, ont connu et continuent de connaître des transformations profondes et doivent faire l’objet d’une plus grande attention de la part des autorités et du public.

La Convention prévoit dès lors que chaque Partie s’engage à intégrer le paysage dans les politiques d’aménagement du territoire, d’urbanisme et dans les politiques culturelle, environnementale, agricole, sociale et économique, ainsi que dans les autres politiques pouvant avoir un effet direct ou indirect sur le paysage.

Rapport de synthèse de politiques nationales et régionales >>

Références du Conseil de l’Europe

Actes des Réunions du Conseil de l’Europe des Ateliers pour la mise en œuvre de la Convention :

Publications :

Rapports :

Revue du Conseil de l’Europe :