L’espace européen de l’enseignement supérieur (E.E.E.S.) est le résultat de la volonté politique de 48 pays qui, pas à pas, ont construit un espace basé sur des valeurs communes et à l’aide d’outils communs.

Ces 48 pays mettent en œuvre des réformes de l’enseignement supérieur en s’appuyant sur des valeurs fondamentales communes – notamment la liberté académiques, l’autonomie des établissements et la participation des étudiants et des enseignants dans la gouvernance de l'enseignement supérieur.

Grâce à ce processus, connu sous le nom de Processus de Bologne, les pays, les établissements et les autres parties prenantes adaptent continuellement leurs systèmes d’enseignement supérieur afin de les rendre plus compatibles entre eux et de renforcer leurs mécanismes d’assurance qualité

Le Processus a débuté officiellement en 1999 avec la signature de la Déclaration de Bologne. Vingt-neuf pays ont signé cette déclaration le 19 juin 1999 à Bologne (d’où le nom de l’ensemble du Processus).
 

 Site web de l'’espace européen de l’enseignement supérieur (E.E.E.S.)
 

La Déclaration énonce les objectifs suivants :

  • adoption d’un système de diplômes aisément lisibles et comparables
  • adoption d’un système qui se fonde essentiellement sur deux cycles principaux, avant et après la licence
  • mise en place d’un système de crédits, comme celui du système ECTS
  • promotion de la mobilité en surmontant les obstacles à la libre circulation des étudiants, des enseignants, des chercheurs et des personnels administratifs
  • promotion de la coopération européenne en matière d’évaluation de la qualité
  • promotion de la nécessaire dimension européenne dans l’enseignement supérieur

 

La contribution du Conseil de l’Europe au Processus de Bologne

La contribution du Conseil de l’Europe à l’établissement de l’Espace européen de l’enseignement supérieur se concentre sur :

  • le travail du Conseil de l’Europe en matière de la reconnaissance des qualifications, en particulier par le réseau ENIC (en collaboration avec UNESCO) et la Convention de reconnaissance de Lisbonne ;
  • la participation active dans le cadre des mécanismes directeurs (Groupe de suivi de Bologne et son bureau) ainsi que dans des manifestations pertinentes (en tant qu'intervenants ou rapporteurs généraux) ;
  • l’assistance et le soutien aux pays adhérant depuis peu au processus de Bologne en coopération bilatérale et régionale ;
  • des questions et des aspects transversaux comme les valeurs fondamentales, la responsabilité publique pour l’enseignement supérieur et la recherche, la gouvernance de l’enseignement supérieur, la dimension sociale de l’enseignement supérieur et de la recherche ainsi que les valeurs et les rôles de l’enseignement supérieur et de la recherche dans les complexes sociétés modernes.
  • La contribution à des groupes de travail tels que ceux sur les réformes structurelles, la révision du Supplément au diplôme et la feuille de route accompagnant l’adhésion de la Bélarus à l'EEES.
     

Documents

Conférence des Ministres chargés de l’Enseignement Supérieur (Berlin, 19 septembre 2003)

Conférence des Ministres européens chargés de l’Enseignement Supérieur (Bergen, 19-20 mai 2005)

Conférence des Ministres européens chargés de l’Enseignement Supérieur (Londres, 18 mai 2007)

Conférence des Ministres européens chargés de l’Enseignement Supérieur (Leuven/Louvain-la-Neuve, 28-29 avril 2009)

Conférence des Ministres européens chargés de l’Enseignement Supérieur (Budapest et Vienne, 11-12 mars 2010)

Conférence des Ministres européens chargés de l’Enseignement Supérieur (Yerevan, 14-15 mai 2015)