Retour

Une reconnaissance équitable et transparente des qualifications des réfugiés pour une participation réussie à l'enseignement supérieur et au marché du travail

En ligne 29 Septembre 2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Une reconnaissance équitable et transparente des qualifications des réfugiés pour une participation réussie à l'enseignement supérieur et au marché du travail

Un webinaire modéré par Katia Dolgova-Dreyer, co-secrétaire du Conseil de l'Europe du Comité de la Convention de reconnaissance de Lisbonne et du réseau ENIC, a eu lieu le 29 septembre et a rassemblé plus de 70 évaluateurs de diplômes des centres ENIC et NARIC.

Sur la base des présentations des ENIC/NARIC danois, grec, italien, norvégien et suédois, l'atelier a abordé la mise en œuvre pratique de la recommandation sur la reconnaissance des qualifications détenues par les réfugiés, les personnes déplacées et les personnes dans une situation assimilable à celle des réfugiés.

Le chapitre 7 de la Convention de reconnaissance de Lisbonne et la recommandation de 2017 décrivent les schémas d'évaluation possibles pour les réfugiés, même pour ceux qui ne peuvent pas documenter entièrement leurs qualifications. Le Conseil de l'Europe a développé le Passeport européen des qualifications des réfugiés, qui fournit une méthodologie testée pour évaluer les qualifications des réfugiés même lorsque celles-ci ne peuvent pas être entièrement documentées, ainsi qu'un format de description de l'évaluation permettant d'éviter de la répéter si le titulaire de l'EQPR s'installe dans un nouveau pays d'accueil. L'EQPR est mis en œuvre en coopération avec le HCR et 12 États membres de la Convention de reconnaissance de Lisbonne. Le document de base adopté par les centres danois et suédois, qui a été présenté lors du webinaire, ainsi que les projets NARIC passés et en cours tels que les projets Toolkit, REACT et ARENA, ont également développé des procédures de reconnaissance dans les cas où les demandeurs manquent totalement ou partiellement des documents éducatifs habituellement requis pour traiter une demande, en raison de circonstances indépendantes de leur volonté. Les documents de base sont spécifiques aux contextes nationaux et ne disposent pas de la méthodologie éprouvée au niveau international ni de l'aspect de transférabilité internationale caractéristique de l'EQPR.