Retour

Conférence internationale sur les défis associés à la couverture médiatique des élections en Ukraine

Kiev, Ukraine 5 avril 2016
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
E.Kryzhanivskyi / Shutterstock.com

E.Kryzhanivskyi / Shutterstock.com

Le Conseil de l’Europe, en coopération avec le Verkhovna Rada d’Ukraine, le Conseil national de la télévision et de la radiodiffusion d’Ukraine et la Commission centrale électorale d’Ukraine, ont organisé une conférence internationale sur « Médias et élections en Ukraine : Les défis et des solutions possibles ». A peu près 200 participants ont pris part à la discussion, parmi des experts parlementaires internationaux, des représentants d’organismes de contrôle des médias nationaux et étrangers, la Commissions électorale centrale, des représentants d’institutions judiciaires et gouvernementales, des autorités locales, des ONG et la communauté médiatique.

L’Ambassadeur Jan Tombiński, Chef de la délégation de l’Union européenne en Ukraine a déclaré : «  L’actuelle coalition n’a pas tenu la promesse passée d’évaluer la législation électorale immédiatement après que la coalition ait été formée comme il était mentionné dans l’accord. L’une des premières étapes devrait être l’évaluation de la loi électorale et de répondre à toutes les recommandations et aux erreurs de l’ancien système. Le rôle des médias devrait être également de lutter contre les achats de vote, qui sont une grande maladie d’un système démocratique. Que les personnes ne votent pas pour leurs idées, non pas à cause de leur choix éducatif, mais pour avoir une contrepartie en mettant un bulletin dans une urne. Les élections sont plus que cela, elles servent à former le futur du pays. » M. Tombiński a également dit que l’Union européenne a été appelée il y a quelques années pour un code électoral complet, un ensemble de règles, qui pourraient être utilisées dans différents types d’élections, par rapport au financement des campagnes préélectorales, à la transparence des fonds, aux règles concernant les violations de la loi électorale et ceci devrait être une obligation des partis politiques.

Victoria Syumar, membre du Parlement ukrainien, Présidente du comité parlementaire ukrainien sur la politique de liberté d’expression et d’information, a noté que la nouvelle législation électorale devrait être la prochaine étape vers la mise en œuvre de la loi sur la transparence de la propriété des médias : «  Nous devons prouver que nous sommes prêts à réformer la législation électorale parce qu’avec le système actuel nous perdons le principal aspect – la confiance. Le Parlement est actuellement une institution à laquelle les gens croient moins que tout ce qui existe. Je suis convaincu que l’origine du problème se situe dans les listes non-publiques, l’isolement des électeurs, de leur volonté de même que dans l’irresponsabilité pour position idéologique. »

M. François Friederich, Chef de la Division de l’Assistance électorale et du recensement du Conseil de l’Europe a notamment dit que « le Conseil de l’Europe en tant qu’institution établissant des normes a émis des recommandations pour ces Etats membres sur les mesures concernant la couverture médiatique des campagnes électorales. Ces standards sont basés sur des principes clés, la non-intervention des autorités publiques dans les activités professionnelles des journalistes, la protection contre les attaques, intimidations ou autres types de pressions illégales sur les médias. Les cadres réglementaires sur la couverture médiatique des élections devraient respecter l’indépendance éditoriale des médias. De plus, parmi les principes importants sont encouragés l’autorégulation tout comme les standards éthiques et professionnels des médias, la garantie de la transparence et de l’accès aux médias. Les standards du Conseil de l’Europe soulignent l’importance spéciale des services publics de radiodiffusion et l’égal accès à ses services par les partis politiques pendant la campagne électorale. Une nouvelle couverture effectuée par les radiodiffuseurs publics devrait être mesurée et être basée sur des faits, incluant la couverture des activités des autorités publiques en accord avec les meilleures pratiques internationales. ».

Les experts internationaux du Conseil de l’Europe Jacob Mollerup, éditeur et consultant, ancien Président de l’Organisation des nouveaux médiateurs (Danemark), Peter Wardle, expert de la Commission de Venise, ancien chef-exécutif de la Commission électorale du Royaume-Uni, Bertrand Simon, professeur de communication politique et sociale dans le département science politique de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Ivane Makharadze, Chef du département de la régulation de la radiodiffusion de la Commission nationale de la communication géorgienne ont présenté l’expérience de la France, du Danemark, des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Géorgie concernant la garantie de la couverture médiatique

Les recommandations émises à la fin de la conférence serviront de base pour la future assistance du Conseil de l’Europe visant à promouvoir une couverture libre et juste des élections.

La conférence a été organisée avec le soutien des projets du Conseil de l’Europe (Direction Droits de l’Homme et Etat de droit, Direction Générale de la Démocratie et Commission de Venise) « Renforcer la liberté des médias et établir un système de radiodiffusion publique en Ukraine », « Réforme de la pratique électorale en Ukraine » et « Assistance aux autorités ukrainiennes dans le domaine de la réforme de la législation électorale et dans la conduite de la réforme constitutionnelle ».