www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

 


Communiqué de presse – 19.09.2011

Version romani

Recommandation de politique générale n°13 [fr]- [en] - [romani]

L’ECRI propose des lignes directrices aux gouvernements pour lutter contre l’anti-tsiganisme

Strasbourg, 19.09.2011 - La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) a publié aujourd'hui des lignes directrices à l’attention des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe pour lutter contre la montée de l’anti-tsiganisme et de la discrimination envers les Roms.

Les lignes directrices - contenues dans sa treizième Recommandation de politique générale - appellent à prendre toute mesure pour mettre un terme à la ségrégation scolaire dont sont l’objet les enfants roms et les intégrer dans des écoles fréquentées par des élèves issus de la population majoritaire, assurer aux Roms l’accès à un logement décent sans ségrégation, à veiller à ce que les Roms ne fassent pas l’objet d’expulsions forcées sans préavis et sans possibilité de relogement et à prendre des mesures pour régulariser l’occupation de sites ou logements roms construits hors normes d’urbanisme dès lors que la situation a été tolérée durant une longue période par les autorités publiques.

Il y a lieu d’assurer à tous les Roms l’égalité d’accès à des soins de santé et aux hôpitaux sans ségrégation et de faire en sorte que toute discrimination dans le secteur de la santé soit poursuivie et punie. Il ne devrait y avoir aucun obstacle à l'exercice de métiers traditionnels des Roms et les Roms devraient être consultés pour trouver des alternatives, par exemple grâce à des micro-prêts ou des avantages fiscaux. Tous les enfants roms devraient être enregistrés à la naissance et des documents d'identité devraient leur être délivrés.

Les gouvernements devraient encourager les Roms victimes de violences et de crimes racistes - y compris ceux commis par la police - à porter plainte, et les médias devraient éviter de diffuser toute information susceptible d’attiser la discrimination.

Ces lignes directrices insistent sur le fait de veiller à ce que les communautés roms concentrées dans certains quartiers ne soient pas défavorisées en matière de services publics tels que les services d’eau, d’assainissement, d’électricité, de collecte des déchets et de transports. Il est demandé aux gouvernements de s’assurer que les législations concernant la libre circulation ne soient pas discriminatoires à l’égard des Roms et de veiller à la promotion et la protection de leur culture parmi le reste de la population.

Le texte de la recommandation se trouve au : www.coe.int/ecri

L’ECRI, organe de protection des droits de l'homme du Conseil de l'Europe, composé d’experts indépendants, est chargée du suivi des problèmes de racisme, de discrimination fondée sur les origines ethniques, la nationalité, la couleur, la religion et la langue, ainsi que de xénophobie, d’antisémitisme et d’intolérance, d’élaborer des rapports et d’adresser des recommandations aux Etats membres.

Contact presse : Stefano Valenti, Tél: +33 6 22 12 96 29, stefano.valenti@coe.int