www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

Quatrième rapport sur Chypre [fr]- [en] - [gr]


Communiqué de presse – 31.05.2011

Version grecque

La Commission anti-racisme du Conseil de l’Europe publie un nouveau rapport sur Chypre

Strasbourg, 31.05.2011 – La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) publie aujourd’hui son quatrième rapport sur Chypre. Son président, Nils Muiznieks, a déclaré que s’il y a eu des progrès, des préoccupations demeurent dans les domaines de l’éducation, avec une concentration disproportionnée d’élèves chypriotes turcs et de Roms dans certaines écoles, ou de l’emploi, avec la situation vulnérable des employés de maison étrangers qui ne s’est pas améliorée.

Chypre a développé un cadre législatif complet pour garantir l’égalité et lutter contre la discrimination. Une autorité indépendante chargée d’enquêter sur les plaintes et les allégations concernant la police a été créée et un observatoire de la violence recense et analyse les cas de violences survenus dans les établissements scolaires et évalue les incidents à caractère raciste.

Des mesures positives ont été prises à l’égard des Chypriotes turcs, incluant notamment une loi adoptée en 2006 autorisant les résidants chypriotes turcs à voter et être élu aux élections législatives, locales et communautaires, et à voter aux élections présidentielles.

Cependant, Chypre n’a toujours pas de politique d’intégration et poursuit une politique d’immigration restrictive, particulièrement en ce qui concerne l’attribution du statut de résident de longue durée. Une législation est en cours d'élaboration pour lutter contre les migrations irrégulières au prétexte de « mariages blancs » avant même qu’ils aient eu lieu. Les groupes extrémistes opposés à l’immigration sont de plus en plus proéminents et certains sites web ultranationalistes diffusent des discours de haine. La cité d'habitation pour les Roms de Polemidia constitue une ségrégation de fait du reste de la population et ses enfants se voient priver de leur droit à l’éducation.

En dépit de quelques améliorations du régime d’asile, l’accès à l’emploi pour les demandeurs d’asile est limité à des secteurs non qualifiés précis. L’aide judiciaire n’est disponible qu’au stade du recours contre les décisions d’asile négatives et les conditions sont telles qu’elle est très rarement accordée.

Dans son rapport, l’ECRI fait un certain nombre de recommandations parmi lesquelles les trois suivantes demandent une mise en œuvre prioritaire et feront l’objet d’un réexamen dans deux ans :

Le rapport, y compris les observations du gouvernement, peut être consulté ici. Il a été rédigé à la suite de la visite de contact effectuée par l’ECRI à Chypre en septembre 2010 [Communiqué de presse du 24 septembre 2010] et tient compte de l’évolution de la situation jusqu’en décembre 2010.

L’ECRI, organe de protection des droits de l'homme du Conseil de l'Europe, composé d’experts indépendants, est chargée du suivi des problèmes de racisme, de discrimination fondée sur les origines ethniques, la nationalité, la religion et la langue, ainsi que de xénophobie, d’antisémitisme et d’intolérance, d’élaborer des rapports et d’adresser des recommandations aux Etats membres.

Pour plus d'informations sur l’ECRI : www.coe.int/ecri

Contact presse : Stefano Valenti, Tel: +33 (0)3 90 21 43 28, stefano.valenti@coe.int