www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

Quatrième rapport sur l’Albanie [fr]- [en] - [al]


Communiqué de presse – 02.03.2010

La Commission anti-racisme du Conseil de l'Europe publie un nouveau rapport sur l’Albanie

Strasbourg, 02.03.2010 – La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) publie aujourd’hui un nouveau rapport qui examine le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance en Albanie. Selon le président de l’ECRI, Nils Muiznieks, si des améliorations sont constatées dans certains domaines, la situation reste préoccupante dans d’autres, comme l’insuffisante sensibilisation à la discrimination, les difficultés économiques rencontrées par les Roms et les Egyptiens et l’absence de système indépendant d’enquête sur les allégations de mauvais traitements policiers.

S’agissant des évolutions positives, le Code pénal albanais prévoit désormais que la motivation raciste d’un délit est une circonstance aggravante et prohibe les propos racistes et xénophobes sur le web. Les membres du corps judiciaire et les policiers, notamment ceux qui sont chargés de l’immigration et des frontières, suivent régulièrement une formation aux droits de l'homme. Le médiateur et son bureau ont affermi leur rôle dans la protection des droits de l'homme et pris des mesures qui leur permettent d’avoir une approche plus systématique des éventuels cas de discrimination raciale.

Un certain nombre de mesures ont été adoptées pour améliorer la situation des Roms, et notamment leurs conditions de logement et d’éducation et leur accès aux soins de santé. En 2008, la loi a été modifiée pour faciliter l’inscription de tous les enfants à l’état civil, y compris en cas de dépassement des délais prévus.

En revanche, la sensibilisation à la discrimination reste dans l’ensemble faible. Nombreux sont ceux qui considèrent ce phénomène comme inexistant dans la société albanaise, la loi prévoyant l’égalité de tous les citoyens. A noter également, les progrès effectués pour adopter une législation complète contre la discrimination englobant des domaines comme le logement, la santé et l’accès aux services publics, ont été lents. L’Albanie ne dispose pas d’un organe expressément chargé de lutter contre la discrimination raciale. En outre, elle doit encore mettre en place un système cohérent de collecte de données sur la situation des groupes minoritaires.

Les Roms et les Egyptiens continuent de se heurter à de graves difficultés sociales et économiques, à un taux de chômage beaucoup plus élevé que le reste de la population, et à des conditions de vie extrêmement précaires. L’abandon scolaire est disproportionnellement élevé chez les enfants de ces communautés, ce qui les rend beaucoup plus vulnérables à la traite. Des expulsions de familles roms sans solutions satisfaisantes de relogement, continuent d’être signalées. En outre, l’indifférence manifestée par certains responsables politiques face à ces problèmes – spécialement au niveau local – accentue la marginalisation de ces communautés et fait obstacle à la résolution de leurs problèmes quotidiens.

Si le Comité d’Etat pour les minorités a gagné en expérience, des problèmes demeurent concernant son efficacité et parce que tous les groupes minoritaires n’y sont pas représentés. Des procédures d’asile restent à mettre en place et il n’existe pas encore de système indépendant d’enquête sur les allégations de mauvais traitements policiers.

Dans son rapport, l’ECRI fait un certain nombre de recommandations parmi lesquelles les trois suivantes feront l’objet d’un réexamen dans deux ans :

Le rapport, y compris les observations du gouvernement, est disponible sur : www.coe.int/ecri

L’ECRI, organe indépendant de protection des droits de l'homme du Conseil de l'Europe, est chargée du suivi des problèmes de racisme et d’intolérance ; elle élabore des rapports et adresse des recommandations aux Etats membres dans ce domaine.