www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 


Communiqué de presse – 26.05.2009

La Commission contre le racisme et l’intolérance du Conseil de l’Europe publie des nouveaux rapports sur la Belgique, l’Allemagne et la Slovaquie

Strasbourg, 26.05.2009 – La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) du Conseil de l’Europe publie aujourd’hui trois nouveaux rapports sur le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance concernant la Belgique, l’Allemagne et la Slovaquie. Les rapports de l’ECRI constatent une évolution positive dans chacun de ces trois Etats membres du Conseil de l’Europe, mais ils relèvent dans le même temps certains faits qui demeurent préoccupants, selon la Présidente de l'ECRI Eva Smith Asmussen.

En Belgique, le Plan d’action fédéral contre le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et la violence qui y est associée a été adopté en 2004 et il est en cours de réalisation. Des mesures ont été prises pour améliorer le contenu et la mise en œuvre de la législation pour lutter contre la discrimination raciale et le racisme. Toutefois, on note encore des cas de discrimination raciale dans des domaines tels que l’accès à l’emploi, à l’éducation et au logement, touchant en particulier des non-ressortissants, des personnes d’origine immigrée, des musulmans et des Gens du voyage. La persistance d’un discours raciste, antisémite, islamophobe et xénophobe par certains hommes politiques et sur l’Internet est préoccupante.

En Allemagne, l’adoption de la loi sur l’égalité de traitement (AGG) a renforcé le cadre juridique et institutionnel de la lutte contre le racisme et la discrimination; le dialogue avec la communauté musulmane semble être en voie d'amélioration et les autorités ont commencé à mettre fortement l’accent sur l’intégration, dans le but d’aider les immigrés à participer pleinement à la société allemande. Cependant, des agressions racistes, xénophobes et antisémites sont encore signalées, et le soutien en faveur de partis qui expriment des positions racistes, antisémites ou révisionnistes a augmenté. Des membres des communautés musulmane, turque, noire, rom et sinti indiquent en outre qu’ils sont confrontés à la discrimination dans la vie quotidienne.

En Slovaquie, un nouveau Code pénal contenant plusieurs dispositions sur les infractions à motivation raciste a été adopté en 2006, et la Loi contre la discrimination qui interdit la discrimination basée, entre autres, sur la race, la religion, l'origine nationale ou ethnique, la couleur et la langue a été adoptée en 2004. Cependant, la situation des Roms reste préoccupante dans des domaines tels que l’éducation, le logement, l’emploi et la santé, et des cas de brutalités policières contre des membres de cette minorité ont toujours lieu. Une montée du discours politique raciste de la part de certains hommes politiques, dirigé principalement contre les Hongrois, les Roms et les Juifs, a été observée. L’intégration des réfugiés est une question qu’il est nécessaire d’aborder, notamment à travers une stratégie d’intégration mise au point par les autorités slovaques.

Ces nouveaux rapports font partie d’un quatrième cycle de suivi des lois, politiques et pratiques des Etats membres dans la lutte contre le racisme. Les rapports pays-par-pays de l’ECRI sont disponibles en anglais et en français ainsi que dans la langue nationale du pays concerné sur le site internet: www.coe.int/ecri. Ils couvrent, sous l’angle de la protection des droits de l’homme et sur un pied d’égalité, tous les Etats membres.