www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 


Communiqué de presse – 08.07.2003

Conseil de l’Europe: Cinq nouveaux rapports sur le racisme

Strasbourg, 08.07.2003 — La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI), organe du Conseil de l’Europe spécialisé dans la lutte contre le racisme, a publié aujourd’hui cinq nouveaux rapports sur le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance concernant l’Arménie, l’Islande, le Luxembourg, la Slovénie et l’Espagne. L’ECRI constate une évolution positive dans l’ensemble des cinq pays membres du Conseil de l’Europe. Dans le même temps, les rapports font aussi état d’éléments qui demeurent préoccupants pour la Commission, dont les suivants :

En Arménie, l’ECRI constate des carences dans l’attention portée et les ressources affectées à la promotion du patrimoine linguistique et culturel des groupes minoritaires. Certains de ces groupes minoritaires semblent considérer que leur situation a empiré par rapport à la population majoritaire et ont même signalé des cas de discrimination. Les membres de l’important groupe de réfugiés d’origine arménienne qui vivent dans le pays rencontrent également des problèmes d’intégration et sont particulièrement vulnérables aux désavantages sociaux et économiques ainsi qu’à la marginalisation. En outre, des problèmes persistent à propos de la pratique de certaines religions minoritaires dans le pays.

En Islande, la protection prévue par la législation contre le racisme et la discrimination comporte encore quelques lacunes. Même si peu d’études ont été réalisées, certains signes montrent que la situation des non-ressortissants et des personnes d’origine immigrée pourrait ne pas être totalement satisfaisante dans certains domaines de la vie, notamment l’emploi et l’éducation. Des manifestations d’hostilité et des cas de discrimination dans la vie quotidienne à l’encontre de personnes différentes de la majorité ont été rapportées et il semble qu’il n’existe pas de vision d’ensemble présidant à une politique globale et aux stratégies nécessaires pour régler tous les problèmes qui existent.

Au Luxembourg, des difficultés persistent dans l’application de la législation destinée à lutter contre le racisme et la discrimination. Le comportement de certains fonctionnaires en rapport avec des immigrés et des demandeurs d’asile n’est pas toujours satisfaisant. Il existe encore trop de préjugés et de stéréotypes xénophobes au sein du grand public qui peuvent conduire à des discriminations dans le domaine de l’emploi ou du logement.

En Slovénie, l’ECRI souligne que l‘amélioration de la situation des membres des groupes minoritaires de l’ex-Yougoslavie, qui sont nombreux à ne pas encore avoir acquis la citoyenneté slovène, dépendra de la rapidité et de l’efficacité dans l’application de la nouvelle législation. En outre, un certain niveau de préjugés et d’intolérance persiste parmi la population slovène à l’égard des personnes différentes de la majorité. Dans certaines régions, la population rom est également en proie à des difficultés économiques et sociales qui rendent ses membres particulièrement exposés à la discrimination.

En Espagne, des problèmes de racisme et de xénophobie persistent et touchent plus particulièrement les Roms/Tsiganes et les personnes non-ressortissantes de l’Union européenne. Cette situation semble en partie liée à une mise en oeuvre inadéquate de la législation en vigueur visant à lutter contre ces phénomènes mais également à l’usage répandu dans les débats publics d’arguments et de descriptions qui créent un climat négatif autour de l’immigration et des immigrés. L’application de certains aspects de la politique d’immigration et de la législation pertinente de l’Espagne dans certaines régions, en particulier les îles Canaries, Ceuta et Melilla, est préoccupante.

Ces cinq nouveaux rapports font partie d’un deuxième cycle de suivi des lois, politiques et pratiques des Etats membres dans la lutte contre le racisme. Les rapports pays-par-pays de l’ECRI couvrent, sous l angle de la protection des droits de l’homme et sur un pied d’égalité, tous les pays membres.