www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

Quatrième rapport sur la Suède [fr]- [en] - [swe]


Communiqué de presse – 25.09.2012

Version suédoise

La Commission anti racisme du Conseil de l'Europe publie un nouveau rapport sur la Suède

Strasbourg, 25.09.2012 – La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) publie aujourd’hui son quatrième rapport sur la Suède. Le président de l’ECRI, M. Jenö Kaltenbach, se félicite des progrès accomplis mais déplore la persistance d’un certain nombre de problèmes tels que la ségrégation de fait dans le logement et le terrain gagné, ces dernières années, par le discours et les partis politiques xénophobes et islamophobes.

Des politiques visant à lutter contre le racisme et la discrimination raciale ont été mises en place et des efforts déployés pour faciliter le signalement des infractions motivées par la haine et les poursuites contre leurs auteurs. En 2009, une nouvelle loi d’ensemble a étendu la protection contre la discrimination ; le nouvel Ombudsman pour l’égalité est chargé de veiller au respect de cette loi et de promouvoir l’égalité des chances. La législation sur l’immigration et l’asile a été réformée et une loi de 2010 donne aux immigrants récemment arrivés la possibilité de participer plus activement à la vie professionnelle et à la vie de la société en général.

Des problèmes relatifs aux droits fonciers continuent d’avoir un impact négatif sur les Sâmes ; les Roms restent marginalisés et le fait que l’action positive n’est généralement pas admise en Suède en matière de discrimination fondée sur l’origine ethnique et la religion a des effets défavorables sur la situation des groupes vulnérables. La rigueur des formalités administratives en matière de regroupement familial fait peser un poids disproportionné sur les personnes originaires de certains pays. Certains non ressortissants se trouvent dans une position particulièrement vulnérable sur le plan de la santé.

Dans son rapport, l’ECRI fait plusieurs recommandations parmi lesquelles les trois recommandations ci-après nécessitent une mise en œuvre prioritaire et feront l’objet d’un réexamen de l’ECRI dans deux ans :

Le rapport, y compris les observations du Gouvernement, est disponible [ici]. Il a été élaboré suite à la visite de contact de l’ECRI en Suède en septembre 2011 et prend en compte l’évolution de la situation jusqu’en mars 2012.

L’ECRI, organe de protection des droits de l’homme du Conseil de l'Europe, composé d’experts indépendants, est chargée du suivi des problèmes de racisme, de discrimination fondée sur les origines ethniques, la couleur, la nationalité, la religion et la langue (discrimination raciale), ainsi que de xénophobie, d’antisémitisme et d’intolérance, d’élaborer des rapports et d’adresser des recommandations aux Etats membres.

Pour de plus amples informations sur l’ECRI, consultez le site : www.coe.int/ecri

Contact presse : Stefano Valenti, Tel: +33 3 90 21 43 28, stefano.valenti@coe.int