www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

Quatrième rapport sur la Croatie [fr]- [en] - [hrv]


Communiqué de presse – 25.09.2012

Version croate

La Commission anti racisme du Conseil de l'Europe publie un nouveau rapport sur la Croatie

Strasbourg, 25.09.2012 – La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) publie aujourd’hui son quatrième rapport sur la Croatie. Le président de l’ECRI, M. Jenö Kaltenbach, affirme que, malgré les progrès accomplis, certaines questions restent préoccupantes comme l’incidence sur les relations interethniques de la sous-représentation des personnes appartenant à une minorité nationale dans l’Administration et les instances judiciaires et, en particulier, le nombre restreint de Serbes dans la police au niveau local et le fait que de nombreux Roms n’ont toujours pas de papiers d’identité, ni de document attestant leur nationalité.

Depuis le précédent rapport de l’ECRI, le nouveau Code pénal définit le crime de haine et la motivation haineuse peut être une circonstance aggravante dans la détermination de la peine. La loi anti-discrimination de 2008 fait du Médiateur le principal organe de lutte contre la discrimination. D’importantes ressources ont été investies dans des initiatives visant à supprimer les inégalités auxquelles se heurtent les Roms ; tous les enfants roms ont à présent accès aux structures d’éducation pré-scolaire et des mesures sont prises actuellement pour mettre fin à l’existence de classes séparées uniquement destinées aux enfants roms.

Toutefois, le taux d’abandon scolaire parmi les enfants roms reste élevé. L’intégration constitue un problème pour les réfugiés ; des cours de langue ne sont dispensés que dans deux centres agréés et l’accès à l’emploi et au logement est difficile. La prise en charge des mineurs migrants non accompagnés est défaillante du fait notamment de l’absence d’examen médical approprié, de tests de détermination de leur âge, de procédures d’enregistrement et de recherche des membres de leur famille.

Dans son rapport, l’ECRI adresse aux autorités un certain nombre des recommandations parmi lesquelles les trois recommandations ci-après nécessitent une mise en œuvre prioritaire et feront l’objet d’un réexamen de l’ECRI dans deux ans :

Le rapport, y compris les observations du Gouvernement, est disponible ici. Il a été élaboré suite à la visite de contact de l’ECRI en Croatie en novembre 2011 et prend en compte l’évolution de la situation jusqu’au 22 mars 2012.

L’ECRI, organe de protection des droits de l’homme du Conseil de l'Europe, composé d’experts indépendants, est chargée du suivi des problèmes de racisme, de discrimination fondée sur les origines ethniques, la couleur, la nationalité, la religion et la langue (discrimination raciale), ainsi que de xénophobie, d’antisémitisme et d’intolérance, d’élaborer des rapports et d’adresser des recommandations aux Etats membres.

Pour de plus amples informations sur l’ECRI, consultez le site : www.coe.int/ecri

Contact presse : Stefano Valenti, Tel: +33 3 90 21 43 28, stefano.valenti@coe.int