www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 


Communiqué de presse – 21.03.2000

Journée internationale contre le racisme : l’ECRI publie de nouveaux rapports sur la Belgique, la Bulgarie, la République Tchèque, la Hongrie et la Suisse

STRASBOURG, 21.03.2000 - Lors de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) du Conseil de l'Europe a publié de nouveaux rapports détaillés sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance dans cinq des Etats membres de l'Organisation.

Ces rapports marquent le début de la publication des résultats du deuxième cycle quadriennal d’examen des lois, politiques et pratiques des Etats membres dans la lutte contre le racisme. Les rapports pays-par-pays de l’ECRI couvrent, sous l’angle de la protection des droits de l’homme, chacun des 41 pays membres de l’Organisation, sur pied d’égalité. Ils étudient la mise en œuvre des propositions faites par l’ECRI dans son rapport précédent, contiennent des informations générales mises à jour, et offrent une analyse approfondie de certains aspects particulièrement préoccupants dans le pays en question. Chaque rapport est établi après une visite de contact dans le pays.

L’ECRI constate une évolution positive dans les cinq pays étudiés. Cependant, les rapports font aussi état d’éléments qui demeurent préoccupants, dont les suivants :

En Belgique, les lois antiracistes sont encore très rarement appliquées. La discrimination fondée sur l’origine ethnique est très fréquente dans le monde du travail. L’exploitation courante du racisme en politique par des partis politiques d’extrême-droite donne lieu à de profondes préoccupations. Les manifestations de racisme et d’intolérance émanant de certains représentants de la loi sont également un important sujet d’inquiétude.

En Bulgarie, les préoccupations de l’ECRI concernent en particulier la situation de la population Rom/Tzigane, qui a été l’objet de mauvais traitements de la part de la police, et de discriminations dans de nombreux domaines de la vie courante, y compris l’éducation et l’emploi. La tolérance au sein de la population générale a peut-être été surestimée, et il est nécessaire de sensibiliser le grand public aux problèmes de discrimination en Bulgarie.

En République Tchèque, la poursuite de la violence raciste, dirigée essentiellement - mais pas exclusivement - vers les membres de la communauté Rom/Tzigane, est au centre des préoccupations. La fréquente discrimination de ces personnes dans de nombreuses situations de la vie courante, et notamment en matière de justice et d’égalité des chances - dans les domaines de l’éducation et de l’emploi par exemple - est un important motif d’inquiétude. Il est en outre alarmant de constater l’absence généralisée de communication entre, d’une part, les pouvoirs publics et la population majoritaire, et, d’autre part, les membres de la communauté Rom/Tzigane.

En Hongrie également, la communauté Rom/Tzigane souffre de discriminations dans de nombreux secteurs de la vie courante, et les mauvais traitements policiers subis par ses membres sont encore à l’ordre du jour. En outre, bien que les adhésions aux partis néonazis et d’extrême-droite se situent actuellement à un niveau relativement limité, l’ECRI estime que des mesures doivent être prises pour empêcher toute expression d’intolérance ou d’antisémitisme dans les discours politiques et les débats publics.

En Suisse, les violences relevant du racisme et de l’intolérance demeurent sporadiques, et l’on constate que l’antisémitisme a cessé d’augmenter. La xénophobie et l’intolérance qui y est associée demeurent néanmoins présentes. La société suisse refuse trop souvent d’admettre que la notion de multiculturalisme recouvre un champ plus large que la traditionnelle pluralité linguistique du pays ; cela risque d’aggraver certains malaises au sein de la population, concernant des questions telles que la présence de demandeurs d’asile ou le statut de l’importante population non-ressortissante (environ 20 % des habitants), dont une grande partie vit en Suisse depuis de très longues années.