www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

Quatrième rapport sur le Luxembourg [fr]- [en]


Communiqué de presse – 21.02.2012
 

La Commission anti-racisme du Conseil de l’Europe publie un nouveau rapport sur le Luxembourg

Strasbourg, le 21.02.2012 - La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) publie aujourd’hui un nouveau rapport sur le Luxembourg. Son président ad interim, François Sant’Angelo, a déclaré que s’il y a eu des progrès, des préoccupations demeurent au sujet, entre autres, des inégalités qui persistent dans le domaine de l’emploi et du fait que le Centre pour l’égalité de traitement (CET) aurait besoin d’être renforcé.

En 2006, le Luxembourg s’est doté d’une législation contre la discrimination raciale et en 2008 le CET a été créé comme l’organe luxembourgeois, chargé de promouvoir, d’analyser et de surveiller l’égalité de traitement entre toutes les personnes sans discrimination fondée, entre autres, sur la « race » ou l’origine ethnique, la religion ou les convictions. La loi de 2008 portant sur la libre circulation des personnes et l’immigration a simplifié les démarches administratives pour l’octroi des permis de travail aux étrangers.

Cependant, l’acquisition de la nationalité luxembourgeoise est entravée pour beaucoup d’étrangers par la nécessité de réussir une épreuve d’évaluation de la langue luxembourgeoise parlée. Le taux d’abandon de l’école est particulièrement élevé parmi les élèves étrangers. La répartition des compétences entre plusieurs organes de lutte contre la discrimination raciale pose des problèmes, étant donné que dans certains cas, leurs mandats se chevauchent. Les médias continuent de mentionner l’origine ethnique ou l’expression linguistique d’une personne arrêtée sans que cela soit nécessaire pour la compréhension de l’information.

Dans son rapport, l’ECRI fait un certain nombre de recommandations parmi lesquelles les trois suivantes qui demandent une mise en œuvre prioritaire et feront l’objet d’un réexamen dans deux ans :

Le rapport, y compris les observations du gouvernement, peut être consulté ici. Il a été rédigé à la suite de la visite de contact effectuée par l’ECRI au Luxembourg en mars 2011 [communiqué de presse – 18.03.2011] et tient compte de l’évaluation de la situation jusqu’au 23 juin 2011.

L’ECRI, organe de protection des droits de l'homme du Conseil de l'Europe, composé d’experts indépendants, est chargée du suivi des problèmes de racisme, de discrimination fondée sur les origines ethniques, la nationalité, la religion et la langue, ainsi que de xénophobie, d’antisémitisme et d’intolérance, d’élaborer des rapports et d’adresser des recommandations aux Etats membres.

Pour plus d'informations : www.coe.int/ecri

Contact presse : Stefano Valenti, Tel: +33 3 90 21 43 28 , stefano.valenti@coe.int