www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 


Communiqué de presse – 20.03.1998

Journée internationale contre le racisme – l’ECRI publie des rapports sur six pays

STRASBOURG, 20.03.98 – La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) du Conseil de l’Europe rendra public sa deuxième série de rapports nationaux sur la lutte contre le racisme le 21 mars prochain, coïncidant avec la Journée internationale pour l’Élimination de la discrimination raciale.

Le Conseil de l’Europe attache une grande priorité à la lutte contre les phénomènes de racisme, xénophobie, antisémitisme et intolérance à travers l’Europe. Le refus du racisme et la lutte résolue contre toutes les formes qu’il peut prendre s’inscrit dans l’action de promotion et de protection des droits fondamentaux de l’homme. L’organe principal du Conseil de l’Europe en ce domaine est l’ECRI, qui a été mise en place en mars 1994. Le Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement des 40 pays membres tenu à Strasbourg en octobre 1997 a demandé une intensification des activités de l’ECRI.

« Dans cette année du cinquantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui proclama que « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », l’ECRI renouvellera ses efforts pour faire de cela une réalité dans toute l’Europe », a déclaré aujourd’hui Nikos FRANGAKIS, Président de l’ECRI.

L’ECRI étudie l’efficacité des mesures juridiques et politiques adoptées par les différents États membres pour enrayer le racisme et l’intolérance, stimule l’action de lutte contre ces phénomènes aux niveaux local, national et européen, analyse les instruments juridiques internationaux applicables en la matière en vue de les renforcer, si nécessaire, et formule des recommandations de politique générale.

Le 21 mars, l’ECRI rendra publics ses rapports sur six pays : l’Allemagne, le Liechtenstein, la Norvège, San Marino, la Slovénie et la Suisse. Il s’agit là d’une deuxième série de rapports, après la publication, en septembre 1997, de ceux sur la Belgique, la République Tchèque, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l’Islande, l’Irlande, la Lituanie, le Luxembourg, Malte et la Pologne.

Dans ces rapports nationaux, l’ECRI analyse la législation et les politiques des États membres du Conseil de l’Europe mises en œuvre pour combattre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance. Leur publication constitue un point de départ pour un dialogue continu et actif entre l’ECRI et les autorités des États membres, en vue d’identifier des solutions pour résoudre les problèmes de racisme et d’intolérance auxquels l’Europe doit faire face.

La journée du 21 mars commémore la mort d’un groupe de personnes qui manifestait contre l’apartheid dans la ville sud-africaine de Sharpeville. C’était en 1960. En 1966, les Nations Unies ont déclaré cette date Journée internationale pour l’Élimination de la Discrimination Raciale.