www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Autres décisions CM

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 


Communiqué de presse – 24.09.1997

Publication d’une première série de rapports pays-par-pays de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI)

STRASBOURG, 24.09.97 – La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) rendra publique jeudi 25 septembre 1997, une première série de rapports pays-par-pays. Ces rapports étudient, dans chacun des Etats membres, les mécanismes juridiques et politiques de lutte contre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance, en vue d’élaborer des propositions spécifiques et concrètes pour aider les gouvernements à résoudre les problèmes qui se posent à eux.

Les rapports qui seront rendus publics jeudi prochain concernant 11 pays : la Belgique, la République Tchèque, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l’Islande, l’Irlande, la Lituanie, le Luxembourg, Malte et la Pologne. Les textes sur les autres pays membres du Conseil de l’Europe seront disponibles au fur et à mesure qu’ils seront achevés.

Frank ORTON, Président de l’ECRI et Ombudsman suédois contre la discrimination ethnique, présentera ces rapports lors d’une Conférence de Presse jeudi 25 septembre à 14 h 45 (en salle 301), ainsi que les autres travaux de l’ECRI.

L’ECRI, mise en place en mars 1994, a pour mandat d’évaluer l’efficacité des mesures (juridiques, politiques, et autres) prises par les Etats pour lutter contre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance ; la stimulation de l’action en la matière aux niveaux local, national et européen ; la formulation de recommandations de politique générale à l’égard des Etats membres, ainsi que l’étude des instruments juridiques internationaux applicables dans ce domaine en vue de leur renforcement si nécessaire.