Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI)


L’utilisation d’arguments racistes, antisémites et xénophobes dans les discours politiques

Vivement préoccupée par l’utilisation croissante d’arguments racistes, antisémites et xénophobes dans les discours politiques, y compris par les formations politiques classiques, l’ECRI a adopté le 17 mars 2005 une Déclaration condamnant cette évolution alarmante observée dans de nombreux Etats membres du Conseil de l’Europe.
Cette évolution, qui est abondamment illustrée dans les travaux de monitoring pays-par- pays de l’ECRI, a été confirmée par les résultats d’une étude indépendante commanditée par l’ECRI afin d’étudier plus en détail ce phénomène dangereux. Cette étude, rédigée par le politologue M. Jean-Yves Camus, fournit des exemples choquants sur de nombreux cas où des élections européennes ou nationales ont donné lieu à l’utilisation d’arguments racistes, antisémites et xénophobes ou de discours ayant autrement un impact sur le racisme et la xénophobie dans l’opinion publique dans de nombreux Etats membres du Conseil de l’Europe.
La déclaration et l’étude ont été présentées lors d’une réunion de haut niveau sur la question de l’utilisation d’arguments racistes, antisémites et xénophobes dans les discours politiques à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale du 21 mars 2005.

Déclaration de l’ECRI

L’étude (M. Jean-Yves Camus)

Réunion de haut niveau