North-South Centre - European Centre for Global Interdependence and Solidarity

Forum de Lisbonne 2011

Le printemps arabe : une avancée majeure vers la réalisation des droits humains universels

Discours d’ouverture du Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée

Eminents invités,

    · Tout d'abord, je tiens à remercier les organisateurs pour m’avoir invité à participer à cette conférence, qui est d'une particulière importance pendant cette période cruciale et critique pour la région. Le succès qu’a connu le Forum par le passé en a fait un événement annuel majeur. J'ai le sentiment que les thèmes abordés, ainsi que les éminents orateurs présents garantiront le succès des discussions cette année également. J'espère que des conclusions concrètes pourront être adoptées, ce qui nous permettra de contribuer à l'émergence d'une région démocratique, pacifique et prospère.

    · Pendant ces deux jours, les débats porteront sur ​​les aspects d'une transition démocratique en douceur dans la région, tels que la démocratie et le développement, la citoyenneté comme concept clé pour construire la démocratie et le rôle des médias dans la promotion et le développement de la démocratie. Ces thèmes sont extrêmement pertinents pour les travaux de l'UPM ainsi que pour mes ambitions, en tant que Secrétaire général de l'UpM, dans ce partenariat. C'est pourquoi j’attends avec impatience les conclusions de cette conférence.

    · Comme vous le savez, j'ai été élu Secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée en Juillet. Depuis le Sommet de Paris en 2008, le paysage économique, politique et social de la région a complètement changé. Le printemps arabe a rapidement transformé les sociétés du Sud et la crise économique a profondément affecté le Nord de la Méditerranée. Ces deux processus auront une forte résonnance sur ​​le développement de la région dans les années à venir.

    · Le Printemps Arabe est à l’origine d’une nouvelle ère en Méditerranée, région érigée au centre des développements internationaux. Les récents changements qui ont eu lieu en Tunisie, Egypte, et Libye ainsi que les réformes dans d'autres pays comme la Jordanie, ont créé de nouvelles perspectives et offert de nouvelles opportunités. Le monde arabe, après des décennies de régimes autocratiques ayant freiné son développement politique et économique, se tourne vers l'avenir avec espoir. Les attentes actuelles de la population pour le changement se caractérisent par la volonté d’une transition démocratique en douceur, accompagné par le développement économique et social, la paix, la stabilité et la prospérité dans la région. Cette demande a été particulièrement forte de la part de la jeunesse arabe. Par leur soulèvement, les jeunes arabes ont lancé un appel au reste du monde, pour un avenir plus prospère grâce à la création d'emplois, la croissance économique, l'égalité et la démocratie.

    · Les partenaires euro-méditerranéens ont pour défi d’être à la hauteur de ces attentes et doivent répondre efficacement à cet appel. Les changements dans le Sud vont inévitablement influencer de nombreux aspects des relations économiques, sociales et politiques dans la région euro-méditerranéenne. Ils auront un impact direct sur ​​les relations économiques entre les deux rives de la Méditerranée; ils vont affecter les relations bilatérales et multilatérales; ils vont changer la façon dont l'Europe coopère avec la région, et en particulier en ce qui concerne sa politique de voisinage. Enfin, ils vont amener des changements dans le fonctionnement de la coopération euro-méditerranéenne et dans la création des partenariats.

    · Dans ce nouveau contexte nous est donnée une occasion unique de renforcer la coopération euro-méditerranéenne. Nous pouvons maintenant travailler pour transformer ces changements politiques en un partenariat efficace. Nous pouvons œuvrer pour le renforcement de la dimension régionale de l'UpM; vers l'intégration économique régionale et sous-régionale; vers le développement économique et la création d'emplois.

    · Au milieu d'une crise économique, l'Union européenne a également beaucoup à gagner d'une région transformée. La Méditerranée offre à l'Europe la possibilité d'élargir sa zone d'influence économique et d'élargir son marché, même à concurrencer les grands marchés internationaux, ce qui pour le moment est impossible.

    · L'Europe ne peut pas rater cette occasion historique. L'Union européenne réexamine sa politique de voisinage à la lumière de ces développements. J'ai beaucoup apprécié l'implication de tous les partenaires dans ce processus. Lors des 15 dernières années, l'UE a mené avec succès ses politiques avec ses voisins de l'Est, parce ceux-ci pouvaient se projeter dans une future adhésion. Cette perspective a donné l'impulsion aux réformes démocratiques et au changement dans les pays de l'Est. L'Europe ne peut offrir l’adhésion aux pays du sud méditerranéen, mais elle peut offrir la perspective d'une coopération plus étroite et plus substantielle. Les pays du Sud de la Méditerranée doivent sentir que l'Europe a quelque chose à leur offrir. Les statuts avancés d’association entre l'UE et ces pays, comme c’est le cas pour le Maroc, pourraient être la voie à suivre et un brillant exemple de la nécessaire coopération qui doit être renforcée.

    · Le cadre de l'UpM est l'outil le plus approprié pour mettre en œuvre cette coopération plus étroite. La valeur ajoutée de la structure de l'UPM, réside en ce que, pour la première fois, elle offre aux pays de la région euro-méditerranéenne un partenariat fondé sur un pied d'égalité. A la lumière des changements politiques, l'UpM peut devenir le chemin menant à la démocratie et la croissance économique dans la région.

    · Le secteur privé européen est aujourd'hui conscient de cela. Certaines entreprises européennes coopèrent déjà avec des projets et des initiatives lancées par le Secrétariat de l'UpM. Compte tenu des capacités limitées des finances publiques, ils auront à jouer un rôle majeur dans l'avenir de la rive sud.

    · Dans ce nouveau contexte, les relations euro-méditerranéennes devraient être fondées sur trois piliers: la paix, la démocratie et le développement économique. Nous devons élaborer davantage l'agenda euro-méditerranéen fondé sur ces trois piliers fondamentaux.

    · Il y a une demande unanime pour renforcer l'Union pour la Méditerranée afin d'agir comme un catalyseur sur les initiatives régionales qui pourraient stimuler et renforcer le processus démocratique lancé sur la rive sud de la Méditerranée.

    · L'UpM doit adapter son fonctionnement et doit aider ces nouveaux processus à réussir. L'UpM doit jouer un rôle non seulement pour le dialogue politique et économique, mais aussi pour aider et soutenir les transitions en cours. Nous devons construire une nouvelle gouvernance régionale et l'UpM doit être le nouveau cadre de coopération multilatérale euro-méditerranéenne.

    · Dans les mois à venir, l'accent sera mis sur le développement de nouveaux projets en coopération avec les institutions européennes. Notre objectif est de commencer à renforcer la coopération Euro-Med en lançant des projets concrets dans les domaines de l'énergie, des transports, des PME, des affaires sociales, éducation et environnement. Notre équipe au sein du Secrétariat travaille déjà sur ces derniers avec un accent particulier sur les pays ayant des difficultés économiques.

    · Pour la mise en œuvre de ces projets, l'UpM explore la possibilité de créer de nouveaux instruments pour aider les régions de la rive sud à trouver leur chemin vers la croissance et la prospérité.

    · Enfin, je tiens à souligner le rôle important que la société civile peut et devrait jouer dans ce nouveau contexte. La société civile et les jeunes ont joué un rôle majeur dans l'évolution du paysage politique dans les pays du sud méditerranéen. Il est donc essentiel pour l'UpM de les impliquer dans cette nouvelle coopération.

    · De même, les médias ont un rôle majeur à jouer dans la promotion et le développement des objectifs démocratiques, la paix et la stabilité dans la région.

    · Il existe un besoin croissant d’idées nouvelles dans la région. L'échange de vues et des idées nouvelles qui émergent des conférences de ce type contribuent à la création d'une région changée et réformée. Les plates-formes, comme le Forum de Lisbonne doivent être utilisées pour la promotion du dialogue entre les pays euro-méditerranéens et pour le partage d'expériences et d'expertises.

    · Je vous souhaite un franc succès à la conférence.