UN sur CINQ

Engagement de Mme Kyriakidou, parlementaire de référence pour Chypre, dans la Campagne UN sur CINQ

14.03.2012 - Depuis le lancement de la Campagne UN sur CINQ à Chypre début 2011, Mme Athina Kyriakidou, parlementaire de référence pour Chypre, continue à être activement engagée dans la Campagne UN sur CINQ du Conseil de l’Europe contre la violence sexuelle à l’égard des enfants.

En décembre 2011, Mme Athina Kyriakidou a visité une école de l’UNESCO à Limassol (Chypre) et a prononcé un discours devant des adolescents sur les objectifs de la campagne.

Le 9 janvier 2012 elle a assisté à la première réunion du Comité national pour la Campagne UN sur CINQ, organisée sous les auspices du ministère du Travail et de l’Assurance sociale. Le ministre a réitéré l’engagement du gouvernement dans le combat de toutes les formes de violence à l’égard des enfants, en particulier la violence sexuelle, et a appelé à la participation du plus grand nombre possible d’acteurs à la campagne. Une discussion fructueuse s’en est suivie sur le moyens adéquats de former et sensibiliser à la fois les parents, les enseignants, et les enfants. Le ministre a demandé à tous les acteurs présents d’envoyer, dans un délai déterminé, des propositions pratiques et concrètes sur les moyens de mettre en œuvre les objectifs de la campagne, dans le cadre du domaine de compétence de chaque acteur.
Dans ce contexte, la Chambre des Représentants a décidé de co-financer la traduction et la publication du matériel de campagne en grec, et le distribuera aux enfants visitant la Chambre dans le cadre de l’école, en coordination et coopération avec le ministère de l’Education et de la Culture.

Le 6 janvier 2012, le Comité Permanent sur les droits de l’homme de la Chambre a organisé une autre réunion sur le progrès de la promotion de la Convention de Lanzarote sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels. Les parlementaires ont, de leur côté, demandé aux représentants des médias de jouer un rôle positif dans la promotion de la campagne et de ne pas se limiter à rapporter des cas d’abus sexuels. L’association de parents et d’enseignants ont demandé qu’ils soient informés et formés pour identifier, signaler et traiter des cas d’abus sexuels et d’exploitation. A travers les discussions qui ont suivies, il est devenu évident qu’un long chemin reste à parcourir pour offrir un environnement sûr et respectueux des enfants aux enfants victimes de violences sexuelles.