Retour

Les restrictions à la liberté d'expression et de réunion restent très préoccupantes en Azerbaïdjan

Message vidéo
headline Strasbourg 11/12/2013
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Dans un message vidéo adressé au Forum des droits de l'homme, organisé par l'Institut pour la liberté et la sécurité des reporters (IRFS) à Bakou, en Azerbaïdjan, le Commissaire se déclare très préoccupé par l'apparente intensification de la pratique consistant à engager des poursuites pénales injustifiées ou sélectives contre des journalistes ou d'autres personnes qui expriment des opinions critiques, dont des blogueurs et des militants en ligne.

Faisant référence à son rapport sur l'Azerbaïdjan, publié le 6 août 2013, le Commissaire regrette une nouvelle fois le manque de progrès sur la voie de la dépénalisation de la diffamation : par leur effet dissuasif, les dispositions pénales en vigueur entravent l'exercice de la liberté d'expression dans le pays. Le Commissaire constate aussi avec inquiétude que la liberté de réunion est limitée par l'interdiction de manifester dans des lieux centraux et facilement accessibles et par le recours à la force, qui conduit à des arrestations et, parfois, à de lourdes sanctions.

Le Commissaire salue l'action des ONG et des défenseurs des droits de l'homme, qui jouent un rôle essentiel, et conclut : « Il incombe à tous les partenaires de l'Azerbaïdjan et à la communauté internationale d'œuvrer pour que ce pays respecte les engagements qu'il a contractés lors de son adhésion au Conseil de l'Europe, ainsi que ses autres obligations internationales. »

Voir le message vidéo