Retour

Portugal : les mesures d'austérité menacent les plus vulnérables

Strasbourg, 10/07/2012 - Strasbourg, 10/7/2012 – « Ce sont les groupes sociaux les plus vulnérables qui ont été frappés le plus durement par les mesures d'austérité budgétaire mises en œuvre au Portugal. Le Gouvernement devrait intensifier ses efforts pour atténuer l'impact de la crise financière, notamment sur les enfants, les personnes âgées et les Roms », a déclaré aujourd'hui Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, à l'occasion de la publication du rapport fondé sur les constatations qu'il a faites lors de sa visite au Portugal, du 7 au 9 mai dernier.

La pauvreté des enfants est un phénomène qui se développe au Portugal. La hausse du chômage et la baisse des salaires, associées à l'augmentation des impôts et à la réduction des prestations sociales et des allocations de chômage, ont entraîné une diminution des revenus pour de nombreux ménages portugais, au point que certains basculent dans la pauvreté. Des familles qui ne peuvent plus rembourser leur prêt immobilier sont expulsées de leur logement, ce qui est aussi particulièrement préjudiciable aux droits des enfants.

Les restrictions budgétaires dans l'éducation peuvent avoir de graves conséquences dans un contexte général déjà marqué par un fort taux d'abandon scolaire. « Cette situation, qui vient s'ajouter à la hausse du chômage et à la baisse des revenus des familles, risque de conduire à la résurgence du travail des enfants, surtout dans l'économie informelle et dans le secteur agricole. Les autorités devraient être particulièrement vigilantes et veiller à ce que se poursuivent les programmes de prévention du travail des enfants. »

Les personnes âgées souffrent elles aussi des mesures d'austérité budgétaire. « Le gel des pensions et la réduction des prestations sociales, qui s'accompagnent d'une hausse des prix des soins médicaux, des transports publics, du gaz, de l'électricité et des denrées alimentaires, ont entraîné une dégradation des conditions de vie des personnes âgées ayant de faibles revenus, notamment dans les zones rurales isolées. »

En outre, les cas de violence à l'encontre des personnes âgées sont en augmentation au Portugal. Près de 40 % d'entre elles auraient été victimes d'abus au sein de leur famille. « Les autorités devraient renforcer les mesures destinées à atténuer l'impact des mesures d'austérité sur les personnes âgées, qui ont besoin d'être mieux protégées et doivent pouvoir mener une vie décente et jouer un rôle actif dans la société. »

Concernant les Roms, ils continuent de subir diverses formes de discrimination, en particulier dans les domaines du logement, de l'éducation et de l'emploi, ce qui les enferme dans une situation d'exclusion sociale et de pauvreté. « Les autorités devraient améliorer considérablement les conditions de logement des Roms, garantir à tous les enfants roms l'égalité d'accès à une éducation de qualité et éradiquer toutes les formes d'antitsiganisme. La stratégie nationale pour l'intégration des communautés roms, adoptée en janvier dernier, va dans le bon sens ; il faudrait l'approuver et la mettre en œuvre sans plus tarder, en étroite collaboration avec les représentants de la communauté rom ».

Enfin, le Commissaire invite les autorités portugaises à continuer d'apporter le soutien nécessaire aux structures nationales des droits de l'homme indépendantes et aux organisations non gouvernementales travaillant dans le domaine des droits de l'homme.

Le Commissaire a également rendu publique une lettre adressée au ministre de la Justice du Portugal, dans laquelle il recommande de traiter le problème de la durée excessive des procédures judiciaires, de renforcer les mesures de lutte contre la discrimination et de s'employer à éradiquer les abus et la violence à l'encontre des personnes âgées.

Lire les commentaires des autorités portugaises (18 juillet 2012) [en anglais uniquement]