Au matin du 27 janvier 1945 quelques 7.000 détenus se trouvaient encore dans les camps d'Auschwitz-Birkenau. Plus d'un million de personnes déportées dans le camp d'Auschwitz y ont péri. On estime à six millions le nombre de Juifs qui ont été exterminés dans les camps de la mort…

Le Conseil de l'Europe est à l'origine de la mise en place d'une Journée du souvenir de l'Holocauste et de prévention des crimes contre l'humanité. Cette initiative a été prise par les ministres de l' Education des Etats membres du Conseil de l'Europe en octobre 2002. Si l'Allemagne et la France ont choisi le 27 janvier, jour de la libération d'Auschwitz, le choix de la ''Journée de l'Holocauste'' diffère pour d'autres Etats, en tenant compte de leur expérience historique.

Le Conseil de l'Europe s'associe par ailleurs aux enseignants pour la préparation des ''Journées du souvenir'' en mettant à leur disposition du matériel pédagogique et des documents destinés à sensibiliser les élèves de nos écoles aux événements qui ont assombri l'Histoire et à prendre en compte les génocides et les crimes contre l'humanité, afin de favoriser la prévention, la compréhension, la tolérance, l'amitié entre les nations, les groupes raciaux et religieux.

Edition 2019 Edition 2019
Session de l'Assemblée parlementaire Strasbourg 23 janvier 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Cérémonie en mémoire de l’Holocauste

Le Président de la Finlande, Sauli Niinistö, a assisté à une cérémonie sur le parvis du siège du Conseil de l’Europe, à Strasbourg, pour célébrer la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste.

Dans son discours, le  Secrétaire Général Thorbjørn Jagland a souligné l’importance de se souvenir des victimes afin d’empêcher que les atrocités qui ont coûté la vie à six millions de personnes ne se reproduisent à l’avenir.

Eli Lev, Ambassadeur d’Israël auprès des institutions internationales en France, a rendu hommage au travail du Conseil de l’Europe, notamment sa Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI), qui lutte contre l’antisémitisme et la xénophobie, et le programme distinct visant à préserver et à promouvoir la mémoire de l’Holocauste.

Miranda Vuolasranta, Présidente du Forum européen des Roms et des Gens du voyage, rappelant la montée des partis d’extrême droite dans toute l’Europe, a prévenu que la cérémonie n’était pas une simple commémoration de ce qu’elle décrit comme « le pire crime de notre histoire », mais constituait aussi un signal d’alarme à propos de ce qui pourrait nous attendre si nous n’agissons pas pour prévenir la résurgence du fascisme en Europe.

La Présidente de l’APCE, Liliane Maury Pasquier, a déclaré que la mémoire de l’Holocauste devait continuer à guider l’action du Conseil de l’Europe, d’autant plus que « nous célébrons, cette année, le 70e anniversaire du Conseil de l’Europe – organisation née sur les ruines de la Deuxième guerre mondiale et qui a une mission toujours d’actualité : défendre la paix, la démocratie et le respect des droits fondamentaux, malheureusement toujours menacés sur notre continent ».

David Cupina, Président de l’Association civile homosexuelle du devoir de mémoire Les « Oublié-e-s » de la Mémoire, a également pris part à la cérémonie.

Lire aussi :