www.coe.int/greco

 
  A propos du GRECO
 
  Réunions
 
  Evaluations
 
  Documents
 
  Flashes infos et communiqués de presse
 
  Dimensions de genre dans la corruption
 
  Ressources web
 
   Conférence 10e Anniversaire
 
   Plan du site
 
   Contactez-nous
 
   Accès restreint

L'Italie devient le 45e membre du Groupe d'Etats contre la Corruption (GRECO)

Strasbourg, 02/07/07 - L’Italie vient de faire parvenir sa lettre de notification au Secrétaire Général du Conseil de l’Europe concernant son souhait d’adhérer au GRECO, dont elle est devenue à compter du 30 juin 2007 le 45e Etat membre.

La composition de cet accord partiel élargi se rapproche donc un peu plus de celle du Conseil de l’Europe dont elle englobe tous les Etats membres (à l’exception du Liechtenstein et de Saint-Marin), ainsi que les Etats-Unis d’Amérique.

Cette adhésion confirme la volonté italienne de poursuivre sa lutte contre la corruption, un fléau contre lequel elle avait déjà engagé des mesures importantes au travers de l’opération judiciaire « mani pulite » (mains propres) dans les années 90. En devenant membre du GRECO, l’Italie unit ses forces à celles des autres Etats membres dans une lutte commune contre une forme de criminalité qui notamment affecte le fonctionnement démocratique des institutions et porte atteinte à l’état de droit.

En adhérant au GRECO, l’Italie participera aux activités d’évaluation mutuelle et de pression par les pairs qui caractérisent le GRECO. Comme tous les pays qui ont rejoint récemment ce mécanisme de suivi, le pays fera l’objet d’une visite d’évaluation qui portera dans un premier temps sur les thèmes des deux cycles d’évaluation qui ont été conduits entre 1999 et 2006 (notamment la capacité des institutions à traiter les affaires de corruption, les immunités comme obstacle aux poursuites en matière de corruption, les mesures visant les produits de la corruption et les mesures préventives au niveau de l’administration). L’Italie fera plus tard l’objet de l’évaluation au titre du troisième cycle qui vient de débuter et qui porte sur les incriminations de la corruption et le financement des partis politiques.