www.coe.int/greco

 
  A propos du GRECO
 
  Réunions
 
  Evaluations
 
  Documents
 
  Flashes infos et communiqués de presse
 
  Dimensions de genre dans la corruption
 
  Ressources web
 
   Assemblée Parlementaire - Plateforme contre la corruption
 
   Plan du site
 
   Contactez-nous
 
   Accès restreint

Neuvième rapport général d’activités (2008) du Groupe d’Etats contre la corruption – GRECO

[Strasbourg, 26/03/09] – Le Groupe d’Etats contre la corruption – GRECO a rendu public aujourd’hui son Neuvième rapport général d’activités pour 2008, présenté hier au Comité des Ministres par le Président du GRECO, Monsieur Drago KOS (Slovénie).

Rien qu’en 2008, le GRECO a conduit douze visites d’évaluation sur place, a adopté autant de rapports d’évaluation et quelque vingt rapports de conformité. La vaste majorité de ces rapports est déjà disponible sur le site web du GRECO.

Le rapport de 2008 présente de manière détaillée non seulement les relations de coopération avec les autres acteurs de la scène internationale, mais aussi un article thématique sur le contrôle indépendant du financement des partis politiques. Cet article porte sur le rôle central que jouent les organes de contrôle dans l’identification, le suivi et le traitement des pratiques de corruption liées au financement politique. Le rapport souligne qu’un bon nombre d’Etats, nonobstant les nombreuses lois promulguées, ne disposent pas de mécanismes de suivi et d’exécution efficaces. Le rapport précise également que la première série de rapports d’évaluation adoptés par le GRECO reflète la totalité des questions et des pratiques relatives au contrôle indépendant du financement politique et servent utilement de base aux Etats qui souhaitent améliorer leurs législation et pratiques dans ce domaine sensible.

Dans sa présentation au Comité des Ministres, Monsieur KOS a rappelé les propos du Secrétaire Général dans sa déclaration du 9 décembre 2008, à savoir son espoir que la crise financière et économique actuelle n’aura pas pour effet – sous le prétexte de mesures d’austérité – d’affaiblir les institutions de lutte contre la corruption et de compromettre leurs efforts. Cela ne ferait qu’alimenter le scepticisme à l’égard des responsables politiques et même du système politique tout entier.

Le GRECO compte à l’heure actuelle 46 Etats membres, y compris les Etats-Unis d’Amérique.