Groupe d'Etats contre la corruption (GRECO)

Publication du 7ème Rapport Général d'Activités (2006) du GRECO

Strasbourg, 14.06.2006 - Le Groupe d’Etats contre la Corruption – GRECO publie aujourd’hui son Septième rapport général d’activités (2006) qui a été présenté hier au Comité des Ministres par le Président du GRECO, M. Drago KOS (Slovénie).

Le rapport fait état des travaux entrepris par le GRECO en 2006 et de sa coopération avec d’autres acteurs internationaux. Le GRECO présente l’avancement des travaux effectués dans le cadre des premier et deuxième cycles d’évaluation ainsi que la préparation du troisième cycle qui a été lancé en janvier 2007. Le troisième cycle porte sur deux thèmes distincts, à savoir les incriminations prévues par la Convention pénale sur la corruption (STE N° 173), son Protocole additionnel (STE N° 191) et le Principe directeur 2 de la Résolution (97) 24, et la transparence du financement des partis politiques (Recommandation Rec(2003)4).

Un chapitre entier consacré à la protection des « donneurs d’alerte » (whistleblowers), également basé sur les évaluations du deuxième cycle du GRECO, permet de fournir quelques indications intéressantes aux pays qui envisagent d’adopter des mesures pour améliorer la protection des personnes qui dénoncent des faits de corruption dans l’administration publique ou pour instaurer une culture de signalement.

Au cours de l’année 2006, le GRECO a été rejoint par quatre nouveaux membres : l’Autriche, la République du Monténégro, la Suisse et l’Ukraine. Avec l’adhésion de la Fédération de Russie au GRECO en février 2007, le groupe comprend actuellement 44 Etats membres.