Centre Nord-Sud - Centre Européen pour l'interdépendance et la solidarité mondiales

 


A LA CROISEE DES CHEMINS…

En 2010, le Centre Nord-Sud a célébré son 20e anniversaire avec succès en :

    - recevant des messages de soutien de très haut niveau et de différents horizons, en particulier de la part du pape Benoît XVI, du Président de la Commission européenne, du Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, du Haut-Représentant des Nations-Unies pour l’Alliance des Civilisations et des plus hautes autorités du pays hôte (Président de la République, Président du Parlement) ;
    - réunissant les personnalités qui ont marqué son histoire – y compris une douzaine d’anciens lauréats du Prix Nord-Sud – à l’occasion d’une table-ronde sur « L’interdépendance et la solidarité mondiales au 21e siècle » (Lisbonne, 18 mai 2010) ;
    - lançant une série de publications sur les réalisations du Centre depuis sa création et sur les enjeux de son action, dans un monde très différent de celui des années 1989-1993 ;
    - organisant l’exposition « 20 bâtisseurs de ponts dans l’histoire de l’humanité », qui a été inaugurée à Lisbonne en mai, avant de se déplacer à Strasbourg en juin et à Mollina (Espagne) en septembre ;
    - obtenant le soutien de l’ensemble de ses parties prenantes, au sein non seulement du Conseil de l’Europe (Comité des Ministres, Assemblée parlementaire, Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, Conférence des OING) mais aussi de l’Union européenne (Commission européenne, Parlement européen) au processus qui doit mener à l’adoption par le Comité des Ministres d’une nouvelle Résolution statutaire en 2011, sur la base de la Recommandation 1893 adoptée en novembre 2009 par l’APCE.

Les processus permanents mis en place par le Centre au cours de son histoire (le Forum de Lisbonne depuis 1994, le Prix Nord-Sud depuis 1995, l’Université « Jeunesse et Développement » depuis 2000) ont été renforcés et constituent désormais l’épine dorsale de son programme d’activités. La relation avec l’Union européenne est plus forte que jamais, comme en témoignent la mise en œuvre depuis 2009 – à la satisfaction des deux parties - des programmes communs conclus fin 2008. Du côté des Nations-Unies, le Centre a noué depuis 2008 des liens de coopération privilégiés avec l’Alliance des Civilisations, et il contribue activement aux stratégies régionales mises en place dans les Balkans et dans la Méditerranée.
Tout cela donne au Centre Nord-Sud de solides atouts pour se projeter dans l’avenir, dans un environnement international en profonde mutation, qui rend son rôle d’interface entre l’Europe et le Sud - en particulier les régions voisines de notre continent - plus pertinent que jamais. Les évolutions qui se sont produites depuis trois ans en témoignent : cinq nouveaux pays – dont deux non-Européens - ont rejoint le Centre, deux pays qui s’en étaient retirés sont revenus, et l’Union européenne apporte à nouveau son plein soutien politique et financier à l’action du Centre. Ceci a permis au Centre non seulement de renforcer considérablement ses moyens d’action mais aussi de réduire fortement sa dépendance vis-à-vis des contributions obligatoires des Etats membres.
La dynamique interne positive que connaît le Centre Nord-Sud depuis trois ans contraste malheureusement avec le contexte européen plus général, marqué à la fois par une crise financière très grave et par une inquiétante radicalisation politique. Ces éléments, au-delà des circonstances particulières de chaque cas d’espèce, ont pesé dans les décisions récentes de deux des plus anciens Etats membres du Centre, les Pays-Bas et la Suisse, de mettre fin à leur engagement. Le tableau d’ensemble de ce début d’année 2011 en est assombri, et le Centre Nord-Sud se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins.
La clé de l’avenir se trouve dans les discussions qui se tiendront, au cours des prochaines semaines, sur la proposition révisée de Résolution statutaire que le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe a établie sur la base des discussions tenues au cours de l’automne. L’adoption de cette Résolution dès que possible par le Comité des Ministres, suivie de l’élaboration – d’ici l’été - d’une nouvelle stratégie destinée à doter le Centre d’une « feuille de route » pour les années 2011-2013, donneront au Centre Nord-Sud à la fois l’élan politique et la stabilité administrative et financière dont il a besoin pour mener à bien sa mission. C’est ce que l’on peut lui souhaiter, et nous souhaiter à tous, en cette période de vœux.

Deborah Bergamini
Présidente du Conseil exécutif du Centre Nord-Sud