Des normes internationales pour mettre fin à la violence sexuelle : compte rendu de la table ronde à haut niveau de New York


Une table ronde à haut niveau consacrée aux normes internationales adoptées pour éradiquer la violence sexuelle sur les enfants s'est tenue le 28 février 2011 à New York, en marge de la 55e Session de la Commission de la condition de la femme.

Il y a été question du contenu et de la complémentarité des deux textes juridiques internationaux les plus importants dans ce domaine : le Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants et la Convention du Conseil de l'Europe sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels (convention de Lanzarote).

L'ONU et le Conseil de l'Europe font tous deux campagne pour la ratification de ces traités dont l'application combinée créerait les conditions nécessaires pour lutter efficacement contre la violence sexuelle sur les enfants au niveau national et international.

La convention de Lanzarote est considérée comme le texte juridique le plus complet en la matière, dont devraient s'inspirer les actions au niveau mondial, tandis que le Protocole facultatif pourrait créer, de par sa ratification universelle, un espace juridique universel commun à l'échelle mondiale pour s'attaquer aux pires formes de violence sexuelle.

S'exprimant sur la nécessité de communiquer sur l'ampleur du phénomène, Mme de Boer-Buquicchio, Secrétaire générale adjointe du Conseil de l'Europe, a présenté la campagne UN sur CINQ comme un outil émancipateur qui répond à des besoins concrets et ouvre des possibilités d'intervention à tous les acteurs de la société.

La Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU sur la violence à l'encontre des enfants, Mme Marta Santos Pais, a souligné en particulier la nécessité de mettre en place des mécanismes de signalement et de dépôt de plainte adaptés aux enfants.

Mme Gordana Buljan Flander a décrit le fonctionnement du Centre de protection de l'enfance qu'elle dirige en Croatie et donné un exemple concret de l'intérêt d'une bonne coordination entre les différents professionnels appelés à intervenir dans les affaires de violence sexuelle. Elle a également montré de quelle manière les enseignements tirés d'événements survenus peuvent déboucher sur des actions d'information à destination des enfants, des parents ou des professionnels.

Les  participants ont aussi souligné le rôle clé joué par les parlementaires dans la ratification et l'application des traités internationaux. Mme Maria Stavrositu, députée roumaine et membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, a mentionné la création d'un réseau de correspondants parlementaires soutenant la convention de Lanzarote et la campagne UN sur CINQ.

L'hôte et président de la table ronde, l'ambassadeur d'Ukraine Youri Sergueïev, a souligné l'engagement de son pays en faveur des droits de l'enfant ainsi que les récentes mesures prises pour lutter contre la traite d'enfants. L'Ukraine exercera bientôt la présidence du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe et fera des droits de l'enfant l'une des priorités de son programme.