Retour

Les autorités espagnoles doivent trouver d’autres solutions pour héberger les migrants, dont des demandeurs d'asile, qui vivent dans des conditions déplorables à Melilla

Lettre
Strasbourg 03/09/2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
©Solidary Wheels

©Solidary Wheels

Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur et au ministre de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations de l’Espagne, rendue publique aujourd’hui, la Commissaire se déclare préoccupée par la situation des migrants, y compris des demandeurs d'asile, qui sont hébergés dans les arènes de Melilla, en raison du confinement prolongé du centre d’accueil pour migrants de Melilla, consécutif à l’épidémie de COVID-19.

La Commissaire observe avec inquiétude les conditions déplorables dans lesquelles vivent environ 500 personnes, dont plusieurs pourraient avoir besoin d’une protection internationale. La situation des personnes placées en quarantaine semble être encore plus précaire, notamment en ce qui concerne l’utilisation de toilettes et de douches, l’éclairage par la lumière naturelle et l’approvisionnement en eau et en nourriture, ainsi que la possibilité d’engager une procédure d’asile.

Dans sa lettre, la Commissaire demande instamment aux autorités de trouver des moyens d’héberger les migrants, y compris les demandeurs d'asile, ailleurs que dans les arènes. Dunja Mijatović note que deux décisions de la Cour suprême du 29 juillet 2020 confirment que les personnes ayant demandé l’asile à Ceuta ou à Melilla ont le droit de se déplacer librement en Espagne. En conséquence, la Commissaire souligne qu’il faudrait transférer davantage de personnes – en particulier des demandeurs d'asile et des personnes vulnérables - vers le continent, pour réduire la pression à Melilla, dont les capacités d’accueil sont limitées, et pour proposer des solutions plus respectueuses des droits de l'homme.

En outre, la Commissaire se déclare consternée par la série de noyades de personnes tentant d’atteindre les côtes espagnoles, notamment les îles Canaries. Tout en saluant le travail remarquable des services espagnols de recherche et de sauvetage, elle attire l’attention des autorités sur une recommandation, publiée en 2019, dans laquelle elle donne des orientations sur la manière de garantir l’efficacité des opérations de recherche et de sauvetage, de prévenir les refoulements et les expulsions collectives, et de protéger les droits de l'homme dans le cadre de la coopération avec des pays tiers.