Retour

Le nouveau pacte de l’UE sur la migration et l’asile doit s’appuyer fermement sur les droits de l'homme, une solidarité effective et le partage des responsabilités

Déclaration
Strasbourg 17/03/2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Le nouveau pacte de l’UE sur la migration et l’asile doit s’appuyer fermement sur les droits de l'homme, une solidarité effective et le partage des responsabilités

La Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a rendu publique aujourd’hui une lettre adressée à M. Schinas, Vice-Président de la Commission européenne, et à Mme Johansson, Commissaire aux affaires intérieures, dans laquelle elle attire leur attention sur d’importantes questions de droits de l'homme concernant la protection des droits des migrants, y compris des réfugiés et des demandeurs d'asile, dans les États membres de l’UE et dans son voisinage immédiat. Ces considérations devraient être prises en compte lors de l’élaboration du nouveau pacte de l’UE sur la migration et l’asile.

La Commissaire aux droits de l'homme souligne que « toute action en matière d’asile et de migration doit s’appuyer fermement sur les droits de l'homme, une solidarité effective et le partage des responsabilités. »

Les observations de la Commissaire aux droits de l'homme s’articulent autour de sept thèmes : les urgences en matière d’accueil ; le sauvetage de vies en mer ; la solidarité ; la coopération avec des pays tiers dans le domaine migratoire ; la protection des droits aux frontières ; la rétention des migrants ; et la nécessité de défendre la société civile. Ces observations se fondent sur les informations de première main collectées par la Commissaire aux droits de l'homme lors de ses missions et de ses visites dans les pays, sur son dialogue avec les acteurs de terrain et les autorités nationales, et sur ses travaux consacrés à la situation en Méditerranée (lire la Recommandation de la Commissaire aux droits de l'homme intitulée « Sauver des vies. Protéger les droits. Combler le manque de protection des réfugiés et des migrants en Méditerranée »).