Retour

Hongrie : établir un système d’asile équitable et efficace

Lettre
Strasbourg 21/06/2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Hongrie : établir un système d’asile équitable et efficace

Dans une lettre adressée au ministre hongrois de l’Intérieur, rendue publique aujourd’hui, la Commissaire aux droits de l'homme, Dunja Mijatović, salue la politique d’ouverture des frontières appliquée par la Hongrie pour les personnes fuyant l’Ukraine, mais se déclare préoccupée par le sort qui attend à plus long terme les ressortissants de pays tiers et les personnes apatrides, qui sont exclus du dispositif de protection temporaire et n’ont aucune possibilité de demander l’asile en Hongrie.

Jusqu’à présent, les ressortissants de pays tiers et les personnes apatrides se sont vu accorder des permis de séjour humanitaires de 30 jours, qui peuvent généralement être prolongés mais ne donnent droit à aucune prestation. Par ailleurs, la police aux frontières hongroise continue à faire état de renvois quotidiens vers la Serbie de personnes venant de pays déchirés par la guerre comme la Syrie, l’Afghanistan ou l’Irak. « Les représentants du gouvernement font systématiquement la distinction entre les Ukrainiens, qualifiés de « vrais réfugiés », et les personnes fuyant les atrocités et la guerre qui sévissent dans d’autres pays, qualifiées de « migrants économiques ». Cette distinction est problématique et contraire au principe fondamental selon lequel la raison d’être des droits humains est de protéger toutes les personnes de la même manière, quelles que soient leur origine nationale ou ethnique, leur couleur ou leurs convictions », écrit la Commissaire dans sa lettre.

La Commissaire demande instamment au ministre de mettre en place un système d’asile conforme aux obligations de protection internationale incombant à la Hongrie, pour les personnes fuyant l’Ukraine qui ne relèvent pas du dispositif de protection temporaire et pour toute autre personne qui demande que les autorités compétentes déterminent, sur la base d’une évaluation équitable et minutieuse, si elle remplit les conditions requises pour obtenir l’asile en Hongrie.