Retour

Grèce : il faut agir immédiatement pour protéger les droits de l'homme des migrants

Visit pays
Athènes, Greece 29/06/2018.
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatović, rencontre les bénéficiaires d'un programme de vie semi-autonome pour les mineurs non accompagnés à Athènes, en Grèce. © CoE / 2018 / Giorgos Moutafis

La Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatović, rencontre les bénéficiaires d'un programme de vie semi-autonome pour les mineurs non accompagnés à Athènes, en Grèce. © CoE / 2018 / Giorgos Moutafis

« L’humanité et l’hospitalité dont la population et les autorités grecques ont fait preuve envers les migrants ces dernières années sont vraiment remarquables. Malgré ces efforts, la situation reste toutefois préoccupante et des mesures supplémentaires sont nécessaires pour protéger les droits de l'homme des personnes contraintes de fuir leur pays », a déclaré Dunja Mijatović, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, à l’issue de sa visite de cinq jours en Grèce, qui était aussi consacrée aux effets de l’austérité sur les droits de l'homme.

Notant la baisse significative des arrivées de migrants en Grèce ces deux dernières années, la Commissaire a souligné que, si les flux actuels restent difficilement gérables par ce seul pays, l’Europe dans son ensemble peut cependant y faire face sans difficultés majeures. « Il est grand temps que tous les États membres du Conseil de l'Europe, unis autour des valeurs qui fondent l’Organisation, traitent cette question dans un esprit de responsabilité collective et de solidarité », a estimé la Commissaire.

Il est nécessaire que les autorités grecques agissent rapidement pour améliorer les conditions d’accueil des migrants, notamment dans les hotspots. La restriction géographique imposée aux nouveaux arrivants soumet les îles de la mer Égée orientale (où sont situés les hotspots) et leur population à une forte pression, ainsi que la Commissaire a pu le constater à Lesbos. « Je suis très préoccupée par les mauvaises conditions de vie qui prévalent dans le centre d’accueil et d’identification de Moria, où le nombre de migrants est plus de trois fois supérieur à la capacité théorique et qui s’est déjà agrandi de manière anarchique. Cette situation met en danger les droits de l'homme des personnes hébergées. Si des dispositions ne sont pas prises immédiatement, le surpeuplement, l’insécurité et le manque d’hygiène, exacerbés par la hausse des températures, risquent d’avoir des conséquences catastrophiques cet été pour des migrants qui sont dans l’incertitude quant à leur avenir », a indiqué la Commissaire, qui a également mis en garde contre les tensions qui ne manqueront pas d’augmenter entre les personnes hébergées dans le centre, mais aussi entre les autres habitants de l’île. Soulignant la nécessité d’agir rapidement, la Commissaire a appelé les autorités grecques à transférer davantage de personnes vers le continent. Elle les a aussi appelées à accélérer le traitement des demandes d’asile, tout en garantissant pleinement le caractère équitable des procédures, à augmenter la capacité des structures d’accueil de tout le pays et à améliorer leur qualité. « Les normes peuvent être respectées dans des camps temporaires, comme je l’ai observé dans le camp de « Kara Tepe », un centre ouvert géré par la municipalité de Mytilène ; toutefois, compte-tenu de la durée de la procédure d’asile, il est également nécessaire d’augmenter le nombre de structures d’accueil adaptées à un séjour prolongé », a-t-elle ajouté. La Commissaire a salué le travail inestimable accompli par les acteurs de la société civile et par les partenaires internationaux dans ce domaine.

En outre, Dunja Mijatović a souligné la nécessité d’améliorer et d’accélérer la procédure d’évaluation de la vulnérabilité, pour mieux protéger les droits de toutes les personnes vulnérables, dont les victimes de la traite et de la violence sexuelle ou sexiste, les personnes handicapées et les personnes ayant des problèmes de santé mentale ; ces dernières sont de plus en plus nombreuses car un séjour prolongé dans un centre d’accueil où les conditions de vie sont mauvaises a des effets délétères. En outre, la Grèce compte actuellement 3 500 mineurs non accompagnés, dont les besoins en matière de soins et d’hébergement ne sont toujours pas satisfaits. La Commissaire a noté avec préoccupation que beaucoup d’entre eux seraient sans abri ou sont privés de liberté en application du régime de la « détention de protection ». « La nouvelle loi sur le placement en famille d’accueil va dans le bon sens et j’espère que sa mise en œuvre sera concluante. Si les enfants ayant droit au regroupement familial rejoignent rapidement leurs proches installés ailleurs en Europe, cela contribuera aussi à améliorer la situation. De plus, j’encourage les autorités à développer les modes alternatifs de prise en charge, tels que le programme de vie semi-autonome géré par l’ONG METAdrasi, dont j’ai rencontré des bénéficiaires », a-t-elle ajouté.

Enfin, la Commissaire a observé que la Grèce est devenue un pays de destination, après avoir été un pays de transit. « En conséquence, l’intégration est d’une importance capitale, pour les migrants eux-mêmes et pour la cohésion sociale de la Grèce. Les ONG mènent plusieurs projets dans ce domaine et je note que le ministère de la Politique migratoire a l’intention de développer les programmes d’intégration. Je salue ces initiatives et j’encourage les autorités grecques et leurs partenaires à intensifier leurs efforts en ce qui concerne l’apprentissage de la langue et la formation professionnelle, le regroupement familial et les possibilités d’obtenir un permis de séjour de longue durée, puis d’accéder à la naturalisation », a déclaré la Commissaire.

Pour ce qui est des effets des mesures d’austérité, Dunja Mijatović a noté que plusieurs droits de l'homme avaient été durement impactés, notamment les droits à la santé et à l’éducation. Les coupes budgétaires pratiquées dans le secteur de la santé, associées à la baisse générale des salaires et des pensions, ont entravé l’accès aux soins, dans une période où la crise économique faisait augmenter les besoins, notamment en matière de santé mentale. « Dans ce contexte très difficile, l’adoption, en 2016, d’une loi sur la couverture médicale universelle a constitué un progrès majeur. Toutefois, comme j’ai pu le constater lors de ma visite du centre social métropolitain d’Elliniko, un certain nombre de patients n’ont toujours pas accès aux soins requis par leur état. J’encourage donc les autorités à améliorer la mise en œuvre de cette loi et à lever les obstacles qui entravent l’accès aux soins », a dit la Commissaire.

L’austérité a également eu de lourdes conséquences pour le droit à l’éducation. « Les fusions et les fermetures d’établissements scolaires, les réductions de budget et de personnel et la baisse du volume horaire d’enseignement ont soulevé des questions importantes du point de vue de l’accès à l’éducation et de la qualité de l’éducation pendant la crise économique. Je salue la décision d’augmenter le budget de l’éducation en 2017 et 2018, et j’encourage les autorités à intensifier leurs efforts dans ce domaine, de manière à garantir à tous le plein accès à une éducation de qualité et inclusive », a déclaré la Commissaire.

« La fin du troisième programme d’ajustement économique offre une occasion de remédier aux effets négatifs de l’austérité sur les droits de l'homme et la Grèce ne devrait pas la manquer», a estimé Dunja Mijatović. « J’appelle les autorités grecques à profiter de ce changement de circonstances pour renforcer la protection effective des droits à la santé et à l’éducation, et à soumettre toute nouvelle mesure à des études d’impact sur les droits de l'homme et l’égalité », a-t-elle ajouté.

Au cours de sa visite, la Commissaire a rencontré le Président de la République hellénique, le Président du Parlement, le ministre de la Justice, de la Transparence et des Droits de l'homme, le ministre de la Santé, le vice-ministre de l’Éducation, de la Recherche et des Cultes, le vice-ministre de la Politique migratoire, l’Ombudsman et des membres de la Commission nationale des droits de l'homme. Elle s’est aussi entretenue avec des responsables locaux et des représentants de la société civile et d’organisations internationales.

La Commissaire publiera prochainement un rapport sur sa visite en Grèce.