Back

8 avril – Journée internationale des Roms « Renforcer la protection des droits fondamentaux des Roms et leur garantir l’accès à des services vitaux pendant la pandémie du COVID-19 »

Conseil de l'Europe Strasbourg 7 avril 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
8 avril – Journée internationale des Roms « Renforcer la protection des droits fondamentaux des Roms et leur garantir l’accès à des services vitaux pendant la pandémie du COVID-19 »

Déclaration commune de Marija Pejčinović Burić, Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe, et Helena Dalli, Commissaire européenne en charge de l’égalité

Bon nombre des 10 à 12 millions de Roms en Europe sont toujours en situation de pauvreté et d’exclusion. L’antitsiganisme largement répandu renforce et aggrave leur dénuement économique et social. Ces inégalités persistent en dépit des efforts déployés aux niveaux national, européen et international pour lutter contre les préjugés, la discrimination et les infractions motivées par la haine dont les Roms et les Gens du voyage font l’objet.

Cette année, la Journée internationale des Roms est célébrée à un moment où le monde se mobilise pour lutter contre la propagation du COVID-19 et où les pays européens ont adopté des mesures exceptionnelles. En conséquence, la vie quotidienne de nombreuses personnes est transformée d’une manière que nous n’aurions jamais crue possible.

Les gouvernements doivent être soutenus par tous dans la gestion de cette crise et ils doivent être libres de décider des mesures nécessaires. Toutefois, toutes les mesures prises doivent respecter le cadre européen existant en matière de droits de l’homme, notamment les principes d’égalité et de non-discrimination.

« Je suis préoccupée », déclare la Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe Marija Pejčinović Burić, « par des informations selon lesquelles certains pays européens ont adopté des mesures qui pourraient aboutir à de nouvelles atteintes aux droits fondamentaux des Roms et entraver leur égalité d’accès aux services publics essentiels, et avant tout aux soins, aux services d’assainissement et même à l’eau potable. Nous sommes inquiets d’apprendre que la distribution de l’aide alimentaire et le versement des prestations sociales sont menacés et que certains responsables politiques accusent les Roms d’être à l’origine de la propagation du virus. »

Helena Dalli, Commissaire européenne en charge de l’égalité, déclare : « Les discours de haine en ligne et les fausses rumeurs contre les Roms sont à nouveau en recrudescence. En Europe, de nombreux Roms continuent à être confrontés à l’anti-tsiganisme, à la discrimination et à l’exclusion socio-économique dans leurs vies quotidiennes – en dépit des réglementations nationales et de l’UE contre la discrimination. Les stéréotypes et préjugés négatifs sont toujours très présents dans notre société. C’est pourquoi la Commission présentera une stratégie renforcée pour l’égalité et l’intégration des Roms dans la société européenne.

De nombreux efforts doivent être déployés pour veiller à ce que les Roms soient intégrés dans la société et bénéficient d’une égalité d’accès pour répondre à leurs besoins élémentaires, garantissant ainsi leur protection contre la maladie. Nous devons nous montrer unis. C’est seulement en œuvrant de concert que nous pourrons surmonter la crise. Si une chose peut être plus contagieuse qu’un virus, c’est bien notre solidarité. Les Européens doivent maintenant se défendre les uns les autres. »

En ces temps difficiles, nous appelons les Etats membres à déployer des efforts particuliers pour que les groupes marginalisés et les minorités ethniques, en particulier les Roms, ne soient pas davantage pénalisés et confrontés à encore plus de discrimination, de discours de haine ou d’infractions motivées par la haine.

Nous appelons tous les pays européens à respecter les normes de la Convention européenne des droits de l’homme et de la Charte sociale européenne en renforçant leur soutien aux groupes marginalisés et en faisant tout leur possible pour empêcher que les minorités nationales ou ethniques, et en particulier les Roms, ne se transforment en boucs émissaires pendant la crise actuelle.

Nous exhortons les gouvernements à garantir l’égalité d’accès aux services publics, qui incluent, en temps de pandémie, la nourriture, l’eau potable, ainsi que l’hygiène de base et la protection de la santé.

Le nouveau Plan d’action stratégique du Conseil de l’Europe sur l’intégration des Roms et des Gens du voyage (2020-2025) et la future stratégie de l’UE pour l’inclusion des Roms après 2020 visent à promouvoir et à protéger les droits fondamentaux des Roms et des Gens du voyage en Europe, à lutter contre l’anti-tsiganisme et la discrimination et à promouvoir leur inclusion sociale. Ils fournissent un cadre conceptuel de défense de la démocratie à travers l’égalité et la cohésion sociale dans les sociétés européennes marquées par la diversité.

La Journée internationale des Roms (8 avril) vise à célébrer la culture, l’histoire et la langue des Roms et à sensibiliser l’opinion publique aux problèmes auxquels ils continuent de se heurter. Elle a été officiellement lancée en 1990 lors du 4e Congrès mondial des Roms, en honneur à la première grande réunion internationale de représentants des Roms, qui a eu lieu du 7 au 12 avril 1971, à Orpington, près de Londres (Royaume-Uni).


 Communiqué de presse
8 avril – Journée internationale des Roms « Renforcer la protection des droits fondamentaux des Roms et leur garantir l’accès à des services vitaux pendant la pandémie du COVID-19 »


 Les autorités locales ont un devoir de vigilance à l'égard des communautés Roms vulnérables face à la pandémie


follow us follow us

       

Galleries Galleries
galleries link
Facebook Facebook
@coe on Twitter @coe on Twitter