Back

« L’usage de la force brute et l’abus de pouvoir n’auront jamais le dernier mot », déclare le Roi des Pays-Bas devant l’APCE

Session de l'APCE Strasbourg 23 juin 2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
« L’usage de la force brute et l’abus de pouvoir n’auront jamais le dernier mot », déclare le Roi des Pays-Bas devant l’APCE

« L’usage de la force brute et l’abus de pouvoir n’auront jamais le dernier mot. C’est cette conviction qui a amené le Royaume des Pays-Bas à se joindre à neuf autres pays, en 1949, pour créer le Conseil de l’Europe », a rappelé Sa Majesté le Roi Willem-Alexander en s’adressant à l’APCE. « It must be all for all » : il a cité Winston Churchill dans son discours de 1948 à La Haye, appelant à l’unité entre les États membres.

« Depuis près de trois quarts de siècle, le Conseil de l’Europe montre que nous ne devons pas être pris en otage par l’amertume et la douleur du passé. Qu’il existe une alternative à la violence et à la tyrannie. Qu’il est possible de vivre ensemble en paix et dans la liberté en poursuivant sans cesse le dialogue », a ajouté le souverain des Pays-Bas.

Au cœur de son discours figurait une référence claire à l’invasion de l’Ukraine par la Russie : « Nous, Européens, ne voulons pas revenir un siècle en arrière. Nous ne voulons pas revenir en arrière à une époque où régnait la loi du plus fort, ni à une époque de nationalisme extrême, de propagande de la haine et de terreur. Nous ne devons pas permettre aux fantômes du passé de revenir. Ce serait une erreur historique de croire qu’en 2022, l’Europe peut être démantelée par la force ou que la violence peut être utilisée pour priver un peuple de sa liberté », a-t-il déclaré.

Le Roi a également souligné l’importance de l’État de droit. « L’État de droit ne fonctionne jamais à la perfection. Un pays régi par l’État de droit n’est pas un pays dans lequel aucune erreur n’est jamais commise, mais où les erreurs servent à tirer des leçons pour l’avenir, dans le cadre d’un processus continu d’amélioration. Il ne faut donc pas craindre les critiques ».

Lors de sa visite à Strasbourg, Sa Majesté le Roi était accompagné du ministre de la Protection juridique Franc Weerwind. Des rencontres ont aussi été organisées avec le Président de l’Assemblée parlementaire Tiny Kox, la Secrétaire Générale Marija Pejčinović Burić, le Président du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux Leendert Verbeek, la Commissaire aux droits de l’homme Dunja Mijatović, le Président de la Cour européenne des droits de l’homme Robert Spano et le juge néerlandais Jolien Schukking.

Enfin, le Roi a rencontré des représentants de la Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes et a effectué une visite au Centre européen de la jeunesse (CEJ).


 Discours de Sa Majesté le Roi Willem-Alexander


Events Events
follow us follow us

       

Galleries Galleries
galleries link
Facebook Facebook
@coe on Twitter @coe on Twitter