Enseignement supérieur et recherche


Les politiques linguistiques dans l’Enseignement supérieur

…La mobilité académique soulève des questions de politique, telles que la question de savoir s’il faut donner aux étudiants « mobiles » un enseignement dans la langue pratiquée le plus couramment dans l’établissement d’accueil ou dans une langue étrangère connue de tous. Les établissements doivent-ils attirer les étudiants étrangers en leur offrant un enseignement dans une langue qu’ils connaissent déjà ou, au contraire, en leur donnant la possibilité d’apprendre une nouvelle langue ? Quelle doit être la réponse des établissements aux situations de bilinguisme ou face aux minorités linguistiques ?

Ce ne sont là que quelques-unes des questions que les politiques linguistiques devraient aborder dans le cadre de l’enseignement supérieur, et, à cet égard, il serait peut-être bon de se dire que l’absence de politique linguistique est aussi une forme de politique – ne serait-ce que par défaut -, et que des politiques réfléchies et bien conçues donnent de meilleurs résultats…

(extrait de l’ouvrage de Sjur Bergan « A Word from the Editor », « Language Policies in Higher Education : Invitation to a Debate », Publications du Conseil de l’Europe, 2003).

Pour consulter le texte intégral de cette publication, prière de cliquer ici.