Retour

Pose de la première pierre du site secondaire de la Direction européenne de la qualité du médicament et soins de santé du Conseil de l’Europe

Ars-Laquenexy (France) 11 juin 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Seule la version prononcée fera foi

Monsieur le Préfet, Monsieur le Représentant Permanent de la France,
Messieurs et Mesdames les ambassadeurs,
Monsieur le Président de la Métropole de Metz, Messieurs les Maires,
Mesdames, Messieurs,

La pose de la première pierre du site secondaire de la Direction européenne de la qualité du médicament et soins de santé du Conseil de l’Europe (que nous appelons EDQM) est un signal fort du dynamisme du Conseil de l’Europe et de sa valeur ajoutée, mais aussi de la vigueur du modèle de coopération internationale qu’il a mis en place dans des domaines très variés – mais tous liés à l’Humain, à sa dignité. C’est aussi, et avant tout, la preuve de notre engagement à œuvrer pour la protection du droit fondamental à la santé garanti par nos traités, tels que la Charte sociale européenne, grâce à l’accès à des médicaments et à des soins de santé de qualité.

L'histoire de l’EDQM a commencé en 1964, lorsque 8 de nos pays membres ont décidé d'œuvrer ensemble en vue de l'établissement de normes communes de qualité pour les médicaments en Europe. Aujourd'hui, 38 pays et l’Union Européenne participent à l'élaboration de la Pharmacopée européenne, qui contient des normes de qualité, juridiquement contraignantes, ainsi que des substances de référence appelées «étalons de référence», éléments essentiels pour assurer le contrôle au quotidien de la qualité des médicaments à usage humain ou vétérinaire. Ces travaux sont suivis par 28 Etats observateurs, dont 21 sont des Etats non européens des cinq continents ainsi que par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les normes de qualité et les étalons de référence établis par l’EDQM servent de référence scientifique et technique et garantissent que les médicaments soient de même qualité dans plus de cent pays dans le monde.

Pour vous donner une idée du volume de travail accompli : en 2018, la Pharmacopée européenne, qui en est à sa 9e édition, compte environ 3000 normes de qualité. Ces travaux bénéficient aux autorités de santé publique, aux producteurs de matière première à usage pharmaceutique et de médicaments et, in fine, à chacune et chacun d’entre nous : à tous les patients, en Europe et au-delà. Depuis plus de 10 ans maintenant, l’EDQM a aussi poursuivi des activités dans les domaines de la transfusion sanguine ; de la transplantation d'organes, de tissus et cellules ; mais aussi de la protection de la santé du patient et du consommateur.

Depuis son origine, c’est à Strasbourg que l’EDQM travaille, et elle est aujourd’hui établie dans un remarquable bâtiment.

Pourquoi donc un bâtiment secondaire s’est-il avéré nécessaire pour les activités de l’EDQM ? Et pourquoi à Ars-Laquenexy, dans la métropole de Metz plutôt que de simplement étendre le bâtiment existant ?

Monsieur le Président de la métropole et messieurs les Maires en conviendront certainement, les raisons de s’établir sur cette belle terre ne manquent pas évidemment – et notre projet d’extension ici a été accueilli chaleureusement et accompagné de façon extrêmement professionnelle par les Services de la préfecture, de la métropole de Metz et de la commune, que je tiens ici à remercier au nom du Conseil de l’Europe.

Plus largement, Monsieur le Préfet et Monsieur l’Ambassadeur, je voudrais saisir cette occasion pour réitérer toute la gratitude du Conseil de l’Europe envers son Etat hôte, la France, pour l’accueil qu’elle lui réserve depuis 1949 à Strasbourg, et désormais également ici à Ars-Laquenexy.

Mais j’en reviens à ma question : pourquoi construire, ici, un site secondaire ?

Ce sont les étalons de référence officiels qui en sont la raison principale. La création d’un centre d’étalons de référence pour la Pharmacopée européenne a été proposée en 1969 par la Commission européenne de Pharmacopée et a été formellement adoptée en avril 1970 par le Comité de santé publique. La première liste d’étalons de référence publiée en 1971 comprenait alors 38 substances! Aujourd’hui le catalogue compte plus de 2800 étalons de référence d’origine chimique, biologique ou vétérinaire et ce portfolio évolue constamment. A cette collection se rajoute celle des étalons Internationaux d'antibiotiques et des substances chimiques de référence internationale de l’OMS, dont l’EDQM est devenue, depuis 2006, un collaborateur essentiel grâce à son expertise technique internationalement reconnue.

La capacité annuelle de fabrication de flacons d’étalons de référence à l’EDQM est actuellement d’un million six cent milles flacons (1 600 000 flacons) et ces étalons sont quotidiennement expédiés dans plus de 100 pays à travers le monde – à des professionels qui comptent sur nous, coûte que coûte !

Il est par conséquent crucial de permettre à l’EDQM - et donc au Conseil de l’Europe - de pouvoir assurer en toutes circonstances ces travaux et, par conséquent, la pérennité de notre mission de protection de la santé publique.

Le nouveau site de l’EDQM, sur lequel nous nous sommes réunis aujourd’hui, répond à cette nécessité, en nous permettant de constituer un stock secondaire, pour assurer un service continu en cas d’incident majeur affectant le bâtiment principal à Strasbourg.

La capacité future du bâtiment en termes de stockage représentera environ 12 000 000 de flacons à des températures allant de +5°C, à -20°C et à -80°C) ainsi que 376 palettes de consommables.

Nous pourrons par la suite découvrir ensemble les vues et plans du futur bâtiment et ses 3 zones principales : une zone dédiée à la logistique (comprenant également le stockage et la préparation des commandes des étalons de référence) à l’arrière du bâtiment ; des locaux informatiques, tertiaires et «pharmaceutiques» au niveau rue et une zone technique au niveau haut.

Mesdames et Messieurs,

Je n’hésite pas à le dire : ce projet sera, et est déjà une grande réussite. Une réussite pour notre Organisation et pour nos concitoyens ! C’est une réussite sur le fond, par une protection supplémentaire du droit à la santé. C’est aussi une réussite sur la forme, car l’architecture du bâtiment à construire est remarquable.

Je vous remercie de votre attention.