Retour

Les autorités russes doivent renoncer à dissoudre Memorial et abroger la loi relative aux « agents de l’étranger »

Déclaration
Strasbourg 17/11/2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Memorial solidarity campaign #МыМемориал

Memorial solidarity campaign #МыМемориал

Les dispositions prises par les autorités russes en vue de dissoudre les ONG « International Memorial » et « Human Rights Centre Memorial », accusées de ne pas respecter la loi relative aux « agents de l’étranger », sont très inquiétantes. Memorial figure parmi les groupes de défense des droits humains les plus anciens et les plus importants de Russie et cette ONG est le symbole de la lutte menée sans relâche pour la liberté, la démocratie et les droits de l'homme dans l'espace post-soviétique et au-delà. La dissolution de ces organisations aurait de graves conséquences pour la société civile tout entière et pour la protection des droits humains dans le pays.

Comme diverses instances du Conseil de l'Europe l’ont souligné à maintes reprises, parmi lesquelles la Secrétaire Générale et mon bureau, la loi relative aux « agents de l’étranger » n’est pas compatible avec les normes des droits de l'homme internationales et européennes et elle devrait être abrogée sans délai. Le fait que les autorités appliquent cette loi pour dissoudre les groupes Memorial montre une nouvelle fois qu’elle est utilisée pour exercer des représailles contre la société civile et contre les défenseurs des droits de l'homme. De plus, je regrette d’apprendre que le Centre des droits de l'homme Memorial fait aussi l’objet d’une procédure de dissolution au motif que son travail légitime est considéré comme justifiant d’activités extrémistes et terroristes. Au lieu de harceler et de stigmatiser les ONG de défense des droits humains, les autorités russes devraient coopérer avec elles et avec la société civile dans son ensemble et créer les conditions permettant à ces ONG de travailler en toute sécurité. Les autorités devraient donc abandonner la procédure de dissolution engagée contre International Memorial et Human Rights Centre Memorial. J’ai l’intention de discuter de ces questions avec les autorités russes dès que possible.