Retour

25e anniversaire du massacre de Tuzla : la lutte contre l’impunité pour les crimes du passé doit rester une priorité politique dans la région

Déclaration
Strasbourg 25/05/2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
25e anniversaire du massacre de Tuzla : la lutte contre l’impunité pour les crimes du passé doit rester une priorité politique dans la région

Nous commémorons aujourd’hui le massacre de Tuzla qui s’est produit il y a 25 ans en Bosnie Herzégovine. Ce jour-là, des tirs de grenade de l’armée de la Republika Srpska faisaient 71 morts et plus de 130 blessés. Il est important de se souvenir des victimes et des survivants de ce crime atroce et de compatir à la douleur des familles. Toutefois, la commémoration ne suffit pas. Il faut que justice soit rendue à ces personnes.

Malheureusement, le cours de la justice reste entravé dans la région par un manque de volonté politique de combattre l’impunité des crimes commis en temps de guerre et par des tentatives croissantes de compromettre les résultats déjà obtenus. La dénégation de ces crimes, la falsification des faits établis par le TPIY et la glorification des criminels de guerre compliquent considérablement la lutte contre l’impunité.

Un quart de siècle après le massacre de Tuzla, les responsables n’ont pas encore tous été traduits en justice. Comme beaucoup d’autres criminels de guerre de la région, ils profitent du refus de certains pays de livrer leurs ressortissants accusés de crimes de guerre, ou de coopérer autrement.

C’est notamment le cas de Novak Djukić, qui a été condamné par la Cour d’État de Bosnie-Herzégovine pour avoir ordonné l’attaque de Tuzla et qui, cinq ans après sa condamnation, est toujours en liberté en Serbie parce que la peine prononcée contre lui n’a pas encore été exécutée. Cette situation constitue un affront aux victimes du massacre de Tuzla et un manquement flagrant de la Serbie aux obligations lui incombant au titre du droit international des droits de l'homme.

Il est temps que les pays de la région dépolitisent les crimes commis pendant la guerre et accordent davantage d’attention aux besoins des survivants et des familles des victimes. Les gouvernements doivent se fixer pour priorité de veiller à ce que les crimes commis ne restent pas impunis.