Enseignement supérieur et recherche


Le patrimoine des universités européennes


En octobre 1997, les Chefs d’Etat et de Gouvernement des 41 Etats alors membres du Conseil de l’Europe tenaient leur Deuxième Sommet à Strasbourg. Ils décidaient notamment de lancer, en 1999, une campagne sur le thème « L’Europe, un patrimoine commun », visant au respect de la diversité culturelle. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement réaffirmaient ainsi l’engagement pris lors de leur Premier Sommet, à Vienne, en 1993, dans le sens de la démocratie pluraliste et parlementaire, de l’indivisibilité et de l’universalité des droits de l’homme, de l’Etat de droit et d’un patrimoine culturel commun enrichi par la diversité.

Le projet relatif au patrimoine des universités européennes fut l’un des cinq projets entrepris. Cette initiative mérite également l’attention pour une autre raison, à savoir qu’il s’agissait d’un projet conjoint de deux Services et Comités du Conseil de l’Europe – en l’occurrence, ceux du Patrimoine culturel et de l’Enseignement supérieur. Cette coopération était naturelle étant donné le thème du projet et son origine. Lors du lancement de cette campagne, le Comité de l’Enseignement supérieur et de la Recherche – ainsi que le Comité du Patrimoine culturel - se sont demandé si les universités n’étaient pas un élément majeur du patrimoine commun de l’Europe. La réponse ne pouvait être que totalement affirmative, et c’est ainsi que le projet était lancé. Les deux Comités en question en ont fait un engagement conjoint, et l’ouvrage qui en est issu est le résultat d’une coopération très fructueuse.

Cependant, toute personne ayant une certaine expérience des grandes institutions sait également que, si la coopération semble à la fois nécessaire et logique, il n’est pas garanti que la seule volonté de coopérer conduise véritablement à une coopération concrète. En tant que responsables des secteurs du Patrimoine culturel et de l’Education, c’est un grand plaisir pour nous que de présenter au lecteur potentiel une publication visant à repenser en partie deux secteurs qui ont, certes, de nombreux points communs, mais qui, en temps normal, fonctionnent en toute indépendance l’un par rapport à l’autre.

On pourra accéder ici à l’Introduction à cette publication. Pour se procurer l’ouvrage intégral sur papier, veuillez consulter le site Internet http://book.coe.int