Retour

Informal online Conference of Ministers of Education of the States Parties to the European Cultural Convention

29 October 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Check against delivery

 

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Madame la Commissaire,

Mesdames, Messieurs,

 

La pandémie de COVID-19 a complètement bouleversé notre manière de vivre, de travailler, d’apprendre.

Toute la communauté éducative européenne est bien placée pour le savoir.

Aucune école, aucune université ni aucun système éducatif n'était pleinement préparé pour faire face aux répercussions du coronavirus.

Pour relever ce défi sans précédent, chacun a dû s’adapter et faire preuve de créativité.

Dans la situation incertaine et mouvante que nous vivons, il faut nous rendre à l’évidence : le retour au fonctionnement « normal » du monde d’avant n’est pas pour tout de suite.

L’enseignement hybride, qui associe apprentissage en présentiel et en ligne, est appelé à se poursuivre.

Nous allons avoir besoin de méthodes d’enseignement innovantes et évolutives.

Des défis se poseront aussi pour la définition des certifications et pour l’évaluation et la reconnaissance des qualifications.

Je félicite donc la présidence grecque du Comité des Ministres qui a pris l’initiative d’organiser cette conférence informelle.

Le service de l’éducation du Conseil de l’Europe a pris ces questions à bras-le-corps pour aider nos États membres à adapter leurs méthodes et adopter les bonnes pratiques.

Le rapport qui vous a été présenté décrit notre ligne de conduite, qui s’articule en quatre grands axes.

Ceux-ci sont repris dans la déclaration qui est soumise à votre approbation aujourd’hui et pour laquelle je remercie le Comité directeur pour les politiques et pratiques éducatives et sa présidente, Madame Maria Fassari.

Ces quatre axes sont les suivants :

Le renforcement de la démocratie par l’éducation ;

L’innovation dans les méthodes d’apprentissage et d’enseignement ;

L’évaluation et la reconnaissance des qualifications ;

La garantie concrète du droit des élèves les plus vulnérables à l’éducation.

Nous savons après tout que la plupart des établissements d’enseignement en Europe ont mis en place ces derniers mois une forme ou une autre d’enseignement et d’apprentissage à distance.

Mais nous savons aussi qu’un nombre important d’élèves n’ont pas pu, et ne peuvent toujours pas, accéder à l’enseignement numérique ou au télé-enseignement parce qu’ils n’ont pas l’équipement nécessaire, sont issus d’un foyer où ils reçoivent peu d’aide et de soutien, où vivent dans des zones – en particulier rurales – où la couverture Internet est insuffisante.

La COVID-19 a déjà coûté très cher à nos sociétés.

Il ne faut pas qu’elle les déstabilise davantage en privant les jeunes de l’égalité des chances et en creusant la fracture sociale pour une nouvelle génération.

***

Education must be inclusive.

Our report reflects this, and it outlines the rapid adaptations that we have made across our own education programme.

So, I look forward to hearing your views on it.

But it does not of course reinvent our principles.

On the contrary, we have had the confidence to view the new challenges we face through the prism of our clear and long-standing values.

The major purposes of education were set out in our 2007 Recommendation on the public responsibility for higher education and research:

The preparation of students for sustainable employment, and life as active citizens in democratic societies;

And the provision of support for their personal development, and their accumulation of a broad and advanced knowledge base.

These values stand, and our report shows how they can be best applied in the circumstances we face.

Dear colleagues, as disruptive as the pandemic has been, we must not forget the long-term and important progress that we have made in education – and that we will continue to make.

Our Compass Manual has just been updated, but the programme has long brought human rights education into the lives of countless young people in Europe and throughout the world.

The ten online lesson plans that we issued during the pandemic include COVID-related themes and are part of our broader work on digital citizenship education.

And while the learning and defence of democratic values are even more important now given the pressures on our way of life, our Reference Framework of Competencies for Democratic Culture was relevant before and still will be relevant when better days come.

 

We know that these, our history education project, and all aspects of our education programme will contribute to an environment of openness, tolerance and mutual respect for different opinions and perspectives.

 

After all, we have all heard the shocking news about the recent, terrible and senseless murder of Samuel Paty, a history teacher in our host country, France, who was killed because of what he taught.

 

Our condolences go to his family, friends and colleagues.

 

Teachers and students in schools and universities alike must be free to impart knowledge and engage in debate.

 

And we must not only condemn what happened in Conflans-Sainte-Honorine but look for ways in which we can play our part in ensuring that it never happens again.

 

Education is an essential building block for a functioning and effective democracy.

 

It enables and inspires people to contribute and to benefit from the freedom of expression, thought and belief we too easily take for granted.

 

What we have seen in recent months is another example of how multilateralism – our intergovernmental cooperation - can amplify that capacity.

 

Moving forward, I know that we can achieve more still.