Retour

Exchange with Commissioner Dalli and the Steering Committee on Anti-Discrimination, Diversity and Inclusion (CDADI)

8 September 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Check against delivery

 

Commissioner Dalli,

Ladies and gentlemen,

 

It is a great pleasure to welcome you to the opening meeting of the Council of Europe’s Steering Committee on anti-discrimination, diversity and inclusion.

This is one of the first events in which outside experts have been able to join us physically since the outbreak of the COVID-19 pandemic.

But whether you are here in the room or joining us online, your participation is of course greatly appreciated.

I also want to extend a special welcome to you, Commissioner Dalli.

You are the first ever EU Commissioner on Equality and the creation of that post, and your personal commitment to it, are testament to the desire to create a better Europe – one that is free from discrimination and inequality.

In this task, the EU and the Council of Europe are partners that will work together to bring about change.

So, today is an opportunity to take stock of the challenges that exist on our continent and to reflect on what should be done.

On a positive note, general awareness of the problems facing Europe’s minorities is greater than it has ever been, and many countries have taken specific steps to address these.

But, equally, there can be no doubt about the prejudice and ill-treatment that still face migrants, LGBTI people, and ethnic, religious and linguistic minorities, including of course Roma and Travellers.

From hate speech online or in person, through to inequalities in health, housing and education, there are significant problems, sometimes worsening, and clearly visible to those who are willing to see.

In some cases, the COVID-19 pandemic has shone new light on these difficulties and, in others, it may even have worsened them.

Now is the moment for an intergovernmental, expert-driven structure that will look at these issues, supplementing the work of our monitoring bodies.

So, the creation of the CDADI is timely and its importance to the Council of Europe is clear.

In line with the evolution of our thinking, it will take an intersectional and holistic approach to supporting anti-discrimination and equality.

And it will promote and facilitate thematic exchanges and peer reviews of good practice among Council of Europe member states.

That way, we can increase awareness of Council of Europe standards and recommendations, better develop common policy responses, and analyse and improve their implementation.

This change is a marker of our determination to think big, with the CDADI as a powerhouse of new ideas that will address the scale and persistence of the inequalities we witness today.

Already, the Committee has been tasked with several major initiatives.

Avec le Comité d’experts sur les questions relatives aux Roms et aux Gens du voyage, il supervisera la mise en œuvre du nouveau Plan d’action du Conseil de l’Europe sur l’intégration des Roms et des Gens du voyage.

Il évaluera la mise en œuvre de la Recommandation du Comité des Ministres sur des mesures visant à combattre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Il développera un cadre politique à plusieurs niveaux pour l’intégration culturelle en s’appuyant sur les enseignements tirés au niveau local.

Enfin, il supervisera la collecte et l’analyse d’informations sur la participation politique des jeunes issus de minorités afin d’aider les États membres à élaborer des politiques inclusives.

De la même façon, il a déjà collecté et analysé des informations sur les activités que les États membres ont entreprises pour atténuer les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur les communautés vulnérables :

J’encourage aussi le CDADI à élaborer et à présenter au Comité des Ministres des lignes directrices ou un projet de recommandation sur ce thème.

Le nouveau comité sera aussi essentiellement chargé d’élaborer un instrument juridique nouveau et complet sur la lutte contre le discours de haine.

Cela est essentiel car le discours de haine, amplifié par les réseaux sociaux, provoque souffrances, angoisse et exclusion d’une manière nouvelle et sans précédent.

Oui, la liberté d’expression doit être protégée, mais la discrimination et le discours de haine doivent aussi être stoppés.

Nous devons arriver à une approche équilibrée qui se fonde sur la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.

En travaillant à l’élaboration de ce nouvel instrument en partenariat avec notre Comité directeur sur les médias et la société de l’information, je suis certaine que le CDADI garantira cet équilibre et que les citoyens seront protégés.

Comme base de tout ce qui précède, il faut une approche multilatérale éclairée et coordonnée, qui exploite les talents des personnes présentes dans cette salle, de celles qui écoutent en ligne ainsi que d’experts supplémentaires.

Vous ne serez pas à court de travail.

Mais cette approche ne se limite pas aux tâches du Comité ni même du Conseil de l’Europe lui-même.

Elle exige plutôt que nous allions au-delà de notre institution, que nous travaillions avec d’autres qui sont confrontés aux mêmes défis et que nous partagions notre compréhension de ces derniers. 

L’Union européenne est le principal partenaire stratégique du Conseil de l'Europe.

Notre synergie est juridique et politique et elle garantit la continuité de notre coopération sur un vaste éventail de programmes.

Alors, quand il s’agit d’anti-discrimination, de diversité et d’inclusion, je sais que nous avons le potentiel d’obtenir bien plus de résultats en travaillant ensemble.

La préparation d’un plan d’action de l’UE pour lutter contre la discrimination raciale peut fournir l’occasion d’approfondir notre coopération.

Cet événement est donc à la fois opportun et important.

Je me réjouis de découvrir vos idées, Madame la Commissaire, et me félicite de cet échange de vues.