Back

Les états devraient s’employer plus activement à combattre l’homophobie et la transphobie

Déclaration
Strasbourg 16/05/2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Les états devraient s’employer plus activement à combattre l’homophobie et la transphobie

L’année dernière a été une année difficile pour les personnes gays, lesbiennes et transgenres en Europe. En 2017, il y a eu en effet plusieurs cas choquants de persécutions ciblées mises en œuvre par des forces de l’ordre sur la base de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre (réelles ou supposées) des victimes. Par exemple, en Tchétchénie, plus d’une centaine d’hommes gays (ou perçus comme tels) ont été arrêtés, placés en détention ou enlevés entre février et avril 2017. Selon les informations disponibles, ils ont été enfermés dans des lieux de détention non officiels et ont subi des mauvais traitements graves, ainsi que des humiliations. En Azerbaïdjan, des hommes gays et des personnes transgenres ont été arrêtés, soumis à des chantages, battus et contraints à subir des examens médicaux.

Ce ne sont là que deux exemples extrêmes qui montrent jusqu’où l’homophobie et la transphobie peuvent aller. Cependant, il est inquiétant de constater que le phénomène est très répandu. Malheureusement, dans nombre de pays européens, des violences quotidiennes empêchent toujours certaines personnes de vivre librement et en sécurité, uniquement à cause de préjugés contre leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

Cette situation doit changer et elle doit changer maintenant : les pouvoirs publics ont le devoir de veiller à ce que les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI) soient traitées sur un pied d’égalité avec le reste de la population. Aucun d’entre nous ne peut se considérer véritablement libre et doté de droits, si ces mêmes droits ne sont pas accordés à tous.

J’appelle les autorités nationales de tous les États membres du Conseil de l'Europe à bien montrer qu’elles ne tolèreront pas les agressions contre les personnes LGBTI, notamment en enquêtant sur les actes de violence et en engageant des poursuites contre les responsables. Les autorités devraient s’employer plus activement à combattre l’homophobie et la transphobie dans leurs sociétés.

Tous les êtres humains naissent égaux en dignité et en droits. Les personnes LGBTI ne revendiquent pas de droits nouveaux ou supplémentaires. Elles sont en droit de bénéficier des mêmes libertés et de la même protection que tout un chacun.

Je suis solidaire avec la communauté LGBTI et avec les militants qui luttent chaque jour pour le respect de leurs droits de l'homme et pour une vie sans violence ni discrimination. Malgré des revers, il y a eu des avancées extraordinaires et beaucoup de progrès en peu de temps. En tant que Commissaire aux droits de l'homme, je continuerai à défendre et à promouvoir l’égalité des droits pour les personnes LGBTI et je compte sur le soutien et la coopération des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe. Ensemble, nous pouvons, et nous devons, tout mettre en œuvre pour que nos sociétés soient plus ouvertes, respectueuses et fières de la diversité de l’humanité.