Back

Journée internationale des personnes âgées : agir pour garantir le plein exercice des droits humains tout au long de la vie

Déclaration
Strasbourg 30/09/2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Journée internationale des personnes âgées : agir pour garantir le plein exercice des droits humains tout au long de la vie

« Les États membres devraient agir pour promouvoir le vieillissement actif et faire en sorte que les personnes âgées en Europe puissent exercer pleinement leurs droits humains », a déclaré aujourd’hui la Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatović, à la veille de la Journée internationale des personnes âgées.

« Le vieillissement actif* dépasse les simples perspectives sur le marché du travail et couvre la possibilité de vivre en autonomie, d’accéder aux soins de santé de manière adéquate et de participer à la société en fonction de ses besoins, de ses désirs et de ses capacités. Afin d’avancer dans la réalisation de ces objectifs, comme je l’ai déjà dit à propos de la pandémie de Covid-19, les principes de l’autonomie, de l’indépendance et du respect de la dignité de chacun doivent toujours être au cœur de la politique relative aux personnes âgées. Les politiques de vieillissement actif devraient reposer sur la reconnaissance des droits humains des personnes âgées, conformément aux normes internationales. A cet égard, il est nécessaire de cesser de considérer les personnes âgées avant tout comme des bénéficiaires de soins et de les reconnaître comme des titulaires de droits indépendants.

Les évolutions et les initiatives positives au niveau régional permettent d’identifier et de surmonter les obstacles spécifiques auxquels les personnes âgées peuvent faire face dans l’exercice de leurs droits humains. J’encourage les États membres à poursuivre cet engagement et à renforcer les mesures pour éliminer ces obstacles au niveau national.

À cette fin, il est essentiel de lutter contre l’âgisme sous toutes ses formes (stéréotypes, préjugés et discrimination fondée sur l’âge). Selon l’OMS, la moitié de la population mondiale a des attitudes âgistes à l’égard des personnes âgées. Les idées fausses, mais souvent acceptées par la société, selon lesquelles les personnes âgées sont nécessairement dépendantes, fragiles et moins compétentes peuvent nuire aux droits humains fondamentaux des personnes âgées. Il est impératif que les États membres prennent toutes les mesures nécessaires pour combattre l’âgisme et ses effets néfastes. Une étape importante dans cette direction consiste à veiller à ce que la législation interdise la discrimination fondée sur l’âge dans tous les domaines.

Il est également indispensable que les politiques nationales reflètent la réalité de la diversité des personnes âgées. À mesure que les gens vieillissent, leur situation continue d’être influencée par une multitude de facteurs tels que leur cadre de vie, leur situation familiale et financière, les possibilités d’éducation et le statut migratoire. Cependant, indépendamment de ces éléments déterminants, chaque personne a le droit de vieillir tout en restant active et en bonne santé. Les États membres devraient tenir compte des dimensions intersectionnelles susceptibles d’entraîner des risques de discrimination plus élevés, telles que le handicap, l’orientation sexuelle, l’origine ethnique ou le genre. En particulier, les politiques de vieillissement actif ignorant la dimension de genre devraient être révisées afin qu’elles prennent en considération les différentes situations et difficultés auxquelles les femmes âgées, mais aussi les hommes âgés, sont confrontés en raison des inégalités profondément ancrées et des stéréotypes préjudiciables qui persistent dans nos sociétés. Les INDH, les organes de promotion de l'égalité et la société civile ont, selon moi, un rôle de plus en plus important à jouer dans l’élaboration des politiques. Ils peuvent, par exemple, rendre compte de la situation nationale et demander des comptes aux gouvernements si nécessaire, mais aussi partager les bonnes pratiques au niveau européen.

J’appelle tous les Etats membres à faire preuve d’un engagement ferme pour garantir les droits des personnes âgées. Comme le vieillissement, les droits humains sont universels. Ils ne devraient pas être niés ou diminués avec l’âge.


* Le vieillissement actif est défini par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme le « processus consistant à optimiser les possibilités de bonne santé, de participation et de sécurité afin d’accroître la qualité de la vie pendant la vieillesse ».