Asset Publisher Asset Publisher
Zurück

Lancement d'un premier projet sur la protection des droits de l'Homme dans le domaine de la biomédecine en Arménie

23 Septembre 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
©Shutterstock

©Shutterstock

Le 22 septembre 2020, le Conseil de l'Europe a lancé en Arménie un important projet sur les "droits de l'Homme en biomédecine", en réunissant en ligne pour la première fois le comité directeur de ce projet.

Le Comité directeur a été ouvert par M. Mikhail Lobov, Chef du Département des politiques et de la coopération en matière de droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, M. Arman Tatoyan, défenseur des droits de l'Homme en Arménie, et Mme Anahit Avanesyan, première vice-ministre de la santé en Arménie.

Dans son discours, M. Lobov a rappelé que le lien fondamental et indissociable entre les droits de l'Homme, la solidarité et la responsabilité en cette période de crise est souligné par la Convention d'Oviedo - seul instrument international juridiquement contraignant établissant un cadre de protection des droits de l'Homme applicable à la fois à la médecine quotidienne et aux nouvelles technologies dans le domaine biomédical. Le "Projet sur la protection des droits de l'Homme en biomédecine" est un exemple de programme de renforcement des capacités qui aide les États membres à s'aligner sur les principes de protection des droits de l'Homme dans le domaine biomédical. Cela inclut la préparation de leurs institutions nationales à la protection des droits de l'Homme en général et lors de crises de sanitaires en particulier", a déclaré M. Lobov.

Le défenseur des droits de l'Homme de l'Arménie, M. Arman Tatoyan, a souligné l'importance d'accroître le rôle des travailleurs de la santé, de renforcer les conditions de travail décentes, en particulier leur sécurité sociale.

La première vice-ministre de la santé d'Arménie, Mme Anahit Avanesyan, a souligné l'importance d'une future ratification éventuelle de la Convention d'Oviedo, et a insisté sur le fait que la République d'Arménie a déjà entrepris des réformes législatives dans un certain nombre de domaines des soins et services médicaux afin de répondre aux exigences de la Convention.

Le projet est mis en œuvre dans le cadre du Plan d'action du Conseil de l'Europe pour l'Arménie 2019-2022, un instrument de programmation stratégique qui vise à rendre la législation, les institutions et la pratique en Arménie plus conformes aux normes européennes dans les domaines des droits de l'Homme, de l'État de droit et de la démocratie.

Les circonstances actuelles de la pandémie et l’ impact majeur sur les individus et la société qu'a eu cette crise sanitaire ont renforcé la valeur ajoutée et la pertinence de ce projet.