Groupe d'Etats contre la corruption (GRECO)


Le GRECO invite la Slovénie à renforcer davantage la prévention de la corruption concernant les parlementaires,  juges et procureurs

Communiqué de Presse

Strasbourg, 30 mai 2013 – Dans un rapport publié aujourd´hui le Groupe Anti-Corruption du Conseil de l’Europe (GRECO) reconnait que la Slovénie a amélioré ses normes en matière d’intégrité relatives aux parlementaires, aux magistrats et aux procureurs. Le GRECO souligne néanmoins qu'il reste encore beaucoup à faire en termes d’éducation sur l'intégrité et les conflits d'intérêts, et d'amélioration de la mise en œuvre du cadre juridique de la prévention de la corruption.
 
Le GRECO observe que des règles claires applicables aux parlementaires, juges et  procureurs, encadrant entre autres l’acceptation de cadeaux et les incompatibilités de postes et fonctions, existent effectivement en Slovénie. Il  relève aussi qu´un nouveau système de déclaration de patrimoine en ligne semble offrir pour l’avenir des garanties en termes d'amélioration du respect des règles. Par contre, le GRECO souligne qu´il est nécessaire de créer un ensemble de règles de conduite, accompagné d’un mécanisme de surveillance et de sanction en cas de faute.
 
Le GRECO appelle en outre à un renforcement du rôle des organes directeurs  de la magistrature et du Parquet dans le développement de l’intégrité et la gestion des risques de corruption. Enfin, le GRECO se dit préoccupé par le transfert au ministère de l’Intérieur des responsabilités du ministère de la Justice à l’égard du Parquet, ceci pouvant résulter en un affaiblissement de l’indépendance des procureurs. 
 
La mise en œuvre des 19 recommandations adressées à la Slovénie sera évaluée par le GRECO au cours du second semestre 2014.

Lien vers le rapport
Version slovène
(traduction fournie par les autorités slovènes)

***

Le GRECO est un organisme du Conseil de l´Europe qui a pour objectif d’améliorer la capacité de ses membres à lutter contre la corruption, en s’assurant qu’ils respectent les normes  anti- corruption. Il aide les Etats à identifier les lacunes dans les politiques nationales de lutte contre la corruption, les incitant ainsi à procéder aux réformes législatives, institutionnelles et pratiques nécessaires. A présent, le GRECO compte 49 Etats membres (48 Etats européens et les Etats-Unis d’Amérique).