www.coe.int/ecri
 

A propos de l'ECRI

Statut

Règlement intérieur

Membres de l'ECRI

 

Activités

Mandat

Monitoring par pays

Travaux sur des thèmes généraux

Déclarations

Sensibilisation

 

Bibliothèque

Publications

Recherche(Base de données HUDOC)

Communiqués de presse

 

 Secrétariat

Secrétariat

Contact

 

E-news

Abonnement

 

Accès restreint

Accès membres

Réinitialisation du mot de passe (expiration tous les 2 mois)

 
 
 
 
 
 

Quatrième rapport sur le Royaume-Uni [fr]- [en]


Communiqué de presse – 02.03.2010

La Commission anti-racisme du Conseil de l’Europe publie un nouveau rapport sur le Royaume-Uni

Strasbourg, 02.03.2010 – La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) a publié aujourd’hui son quatrième rapport sur le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance concernant le Royaume-Uni. Le président de l’ECRI, Nils Muiznieks, a signalé des exemples positifs de lutte contre la discrimination mais il a exprimé son inquiétude quant au nombre plus fréquent d’incidents racistes, aux pouvoirs de la police s’exerçant de façon disproportionnée à l’encontre des groupes minoritaires, à la discrimination à laquelle les Tsiganes et Gens du voyage font face et à la situation vulnérable des demandeurs d’asile.

S’agissant des évolutions positives, le cadre juridique de la lutte contre le racisme et la discrimination a été renforcé. De nouvelles dispositions pénales interdisant la haine religieuse ont été adoptées et la police applique désormais une définition uniforme des incidents racistes. En outre, un projet de loi sur l’égalité a été présenté au Parlement en vue d’harmoniser la législation contre la discrimination et de renforcer les normes en vigueur ; il vise à garantir une protection équivalente contre la discrimination, qu’elle soit fondée sur la religion et les croyances ou sur la race.
Les autorités du Royaume-Uni ont maintenu un suivi approfondi de la situation des groupes ethniques minoritaires dans différents domaines afin de s’attaquer plus efficacement aux problèmes décelés. Des efforts considérables ont été déployés pour que les infractions à caractère raciste soient signalées et enregistrées par la police de manière systématique et homogène et que les pratiques soient rationalisées dans l’ensemble du système de justice pénale.
Des signes encourageants ont été relevés en qui concerne la lutte contre les inégalités auxquelles sont confrontées les minorités ethniques. L’amélioration du niveau scolaire des élèves noirs ou issus de minorités ethniques s’est poursuivie et l’écart entre le taux d’activité de l’ensemble de la population et celui des minorités ethniques s’est réduit. Une stratégie globale intitulée « Améliorer les chances, renforcer la société » a été mise en œuvre en vue d’accroître l’égalité raciale dans les principaux services publics (notamment l’emploi, la santé, l’éducation) et de promouvoir la cohésion des communautés.
En revanche, l’augmentation du nombre d’incidents racistes observée ces dernières années est inquiétante. L’incidence de la législation contre le terrorisme sur les groupes minoritaires reste également une source de préoccupation : des mesures comme les interpellations et les fouilles visent en effet de manière disproportionnée les membres de la communauté noire et des minorités ethniques. Ces derniers, et notamment les musulmans, ont de ce fait l’impression d’être de plus en plus stigmatisés.
Les Tsiganes et les Gens du voyage sont toujours les plus exposés à la discrimination dans tous les domaines de la vie quotidienne et les plus en butte à l'hostilité et aux préjugés. De plus, le manque de sites adéquats est souvent à l’origine de tensions entre communautés.
Les demandeurs d’asile restent menacés par la misère, les demandes d’asile rejetées hâtivement et les placements en rétention injustifiés. Tout comme les musulmans, les migrants, les Tsiganes et les Gens du voyage, ils sont le plus souvent présentés sous un jour défavorable dans le discours politique et dans les médias, particulièrement dans la presse populaire. Le débat public reste empreint d’une connotation raciste et xénophobe.
Dans son rapport, l’ECRI fait un certain nombre de recommandations parmi lesquelles les trois suivantes feront l’objet d’un réexamen dans deux ans :

Le rapport, y compris les observations du gouvernement, est disponible sur : www.coe.int/ecri

L’ECRI, organe indépendant de protection des droits de l'homme du Conseil de l'Europe, est chargée du suivi des problèmes de racisme et d’intolérance ; elle élabore des rapports et adresse des recommandations aux Etats membres dans ce domaine.