2. Formations des professionnels de l'éducation

Dans le cadre du programme "Pestalozzi" de formation pour les professionnels de l'éducation,

un certain nombre d'ateliers européens sont spécifiquement consacrés à l'enseignement de la mémoire de l'Holocauste et de prévention des crimes contre l'humanité.

  • Autriche

    Un séminaire européen réunit régulièrement de nombreux enseignants autrichiens et des pays membres ainsi que des témoins survivants (de la Shoah et du Samudaripen) : les échanges entre eux sont d’une grande sobriété mais la richesse de cette transmission orale est inestimable pour les enseignants qui pourront ensuite soit restituer à leurs élèves ce qu’ils ont vécu et appris, soit faire appel aux témoins pour venir dans les salles de classe.

  • Croatie

    Depuis 2007, un atelier européen est organisé sur une base annuelle. Les enseignants croates présentent des expériences pédagogiques menées en classe. Ces ateliers sont remarquables qualitativement et quantitativement par l’apport non seulement en connaissances mais aussi sur le matériel directement utilisable par les professeurs et l’accent mis sur un lieu authentique de mémoire, Jasenovac, comme outil pédagogique.

  • France

    Depuis 2008, un séminaire sur une base bisannuelle a été mise en place, en coopération avec le ministère français de l’éducation et le Mémorial de la Shoah à Paris. L’accent est mis sur la pédagogie de la Shoah et l’utilisation d’approches pédagogiques novatrices, diversifiées (films, cartes postales, caricatures, témoignages, BD, littérature). 15 états membres ont envoyé des participants et de nombreux enseignants sont restés en contact après ces séminaires.

  • Hongrie

    En 2008, un atelier européen a été organisé au Centre européen de la Jeunesse à Budapest. Il a été essentiellement consacré au Samudaripen ou Porajmos, les persécutions à visées génocidaires dont les Roms ont été victimes. Un DVD sur la culture Rom en Hongrie a été diffusé et l’analyse de films, de témoignages écrits et oraux a offert du matériel pédagogique directement utilisable en classe. L’Holocauste en Hongrie a aussi été abordé et les lieux de mémoire authentiques ont été visités : musée de l'Holocauste. La dimension préventive y a été largement évoquée lors d’ateliers pratiques avec les enseignants.

  • Norvège

    Le ministère de l’éducation norvégien a organisé un séminaire dans le Centre de l’Holocauste à Oslo en automne 2007. Ce séminaire était axé sur les différentes approches d’enseignements de l’Holocauste, autour de la question suivante : faut-il avoir une approche comparative des génocides ? Doit-on enseigner la Shoah sans analyser les mécanismes et l’enseigner seulement en histoire ? Doit-on au contraire le traiter comme un paradigme et à partir de l’analyse conceptuelle de ses mécanismes privilégier une approche préventive dans le cadre d’une éducation à la citoyenneté démocratique. Différentes méthodologies sous forme de jeux de rôle, de site internet d’analyse de films et de documents audiovisuels ont permis une approche originale de la question.

  • Pologne

    Depuis 2005, le ministère polonais de l’éducation organise, deux fois par an, un atelier européen, l’un à Cracovie et à Auschwitz Birkenau, l’autre à Varsovie, l’objectif étant d’offrir aux enseignants européens une formation sur le terrain afin de les préparer à utiliser un lieu de mémoire authentique comme outil pédagogique pour enseigner sur l’Holocauste. La plupart d’entre eux mettent en pratique directement ce qu’ils ont appris en organisant un voyage d’études à Auschwitz et demandent parfois un monitoring du Conseil de l’Europe pour la réalisation du projet.
    A Varsovie, l’enseignement n’est pas centré sur la période de l’Holocauste mais prend en considération l’héritage juif polonais, l’histoire des minorités et les relations judéo polonaises ainsi que l’évolution de l’enseignement de l’Holocauste depuis 1945. 20 états membres ont envoyé des participants lors des 4 dernières années.

  • Slovénie

    En octobre 2009, à Ljubjana un séminaire européen intitulé « des crimes contre l’humanité dans l’histoire européenne à l’idée européenne » a mis l’accent sur la spécificité de l’histoire slovène de la période de la Deuxième guerre mondiale et sur les mémoires divergentes. Des survivants de camps de concentration ont échangé avec les enseignants.

  • Slovaquie

    En janvier 2006, un séminaire européen a été organisé par le ministère de l’éducation de ce pays. L’accent a non seulement été mis sur la spécificité de la mémoire de l’Holocauste dans les pays qui ont subi le communisme après 1945 mais aussi sur le développement de l’antisémitisme parallèlement à celui de la démocratie et de la liberté d’expression après les années 1990. L’utilisation du témoingnage et du film (Kindertransport) ont été présentées. Des échanges sur l’évolution de la mémoire entre enseignants des pays de l’ex bloc soviétique et des pays ouest européens ont été très appréciés.

Lien avec les ateliers Pestalozzi :

http://www.coe.int/training

Monitoring ad hoc

Des demandes de monitoring ad hoc ont conduit à des formations pour les enseignants d’un Etat membre donné. En 2007, le ministère de l’éducation de Monaco a mis en place une formation ad hoc d’une journée pour ses enseignants sur l’enseignement de la mémoire. Les thèmes des lois mémorielles, du révisionnisme, des différentes approches méthodologiques (film, témoignage) ont été abordés. Une soixantaine d’enseignants ont participé et Maître Klarsfeld a été associé à cet événement.

Réseautage : blog pour l’ensemble des participants ou forum [à faire depuis Serveur extérieur]

Bonnes pratiques à télécharger :