"La Journée de la mémoire de l’Holocauste et pour la prévention des crimes contre l’humanité"

Historique :

Né sur les ruines de la Deuxième guerre mondiale, le Conseil de l’Europe a, depuis le Traité de Londres, défini ses objectifs fondamentaux en réaction aux idéologies totalitaires de la première moitié du XXe siècle, ainsi qu’à leurs corollaires d’intolérance, de division, d’exclusion, de haine et de descriminations et mentionné la préservation de la société humaine et de la civilisation“, en réponse à la rupture de civilisation provoquée par la barbarie nazie. Les valeurs défendues par le Conseil de l’Europe : démocratie, respect des droits de l’Homme et importance d’un Etat de droit s’inscrivent dans une préventive post Holocauste qui garantit la construction d’une société européenne s’efforçant d’apprendre à vivre dans le respect de l’égale dignité de chacun grâce, entre autres, au dialogue interculturel.

La Convention culturelle européenne de 1954 souligne la nécessité d’étudier l’histoire de chacun des Etats membres pour améliorer la compréhension mutuelle. L’Holocauste est un héritage européen, il a des racines communes aux différentes nations d’Europe, et il existe une responsabilité européenne qu’il convient d’assumer.

Les activités du Conseil de l’Europe sur l’enseignement de la mémoire sont définies par la Recommandation Rec(2001)15 sur l’enseignement de l’histoire de l’Europe au 21e siècle“, adoptée par le Comité des Ministres le 31 octobre 2001, lors de la 771e réunion des Délégués des Ministres.

Le concept et les objectifs :

Autour d’une « Journée consacrée à la mémoire de l’Holocauste et de prévention des crimes contre l’humanité », il s'agit de développer et ancrer en Europe l’enseignement de ce sujet.

La dimension préventive de la « Journée de la Mémoire de l’Holocauste » est non seulement inscrite dans son titre mais aussi dès la première phrase de sa description : « Il convient de prendre toutes les mesures éducatives pour prévenir la négation ou la répétition des événements dévastateurs ayant marqué ce siècle à savoir l’Holocauste, les génocides et autres crimes contre l’humanité, les épurations ethniques, les violations massives des droits de l’Homme et des valeurs fondamentales auxquelles le Conseil de l’Europe est particulièrement attaché ».

Les spécificités :

L’Holocauste est considéré comme un paradigme de l’ensemble des violations des droits de l’Homme et des crimes contre l’humanité. Toutes les victimes sont prises en considération.