Back

Ceremony to Mark the International Day of Commemoration in Memory of the Victims of the Holocaust

Strasbourg , 

Check against delivery

 

Your Excellency, (President of Georgia, Ms Salome Zourabichvili)

President of the Parliamentary Assembly,

Excellencies,

Distinguished guests and speakers,

Ladies and gentlemen,

 

Yesterday marked 75 years since the liberation of Auschwitz-Birkenau:

An event that brought to the world’s attention the atrocities, suffering and mass murder committed in camps and communities throughout Nazi-occupied Europe.

This awareness underpinned the adoption of the Universal Declaration of Human Rights, the European Convention on Human Rights and the establishment of the Council of Europe itself.

We are pleased that you are here with us today, President Zourabichvili, in recognition of the importance that the Georgian Presidency – and you personally – attach to this event.

Because, as the years pass by, and the survivors grow fewer in number, it becomes ever more important to remember the terrible atrocities carried out on European soil.

By far the biggest target was Europe’s Jewish communities.

Around six million Jews were brutally murdered during the years of the Second World War.

But Roma, LGBTI people and others were imprisoned, tortured and killed too.

To each of these, we pay our deepest respects today, mindful of the generations that have been lost – and of the contributions that those people would have made to European life.

We also remember because it is our duty to ensure that such things can happen never again:

That we do everything possible to prevent and to counter the hatred and prejudice that breeds violence and discrimination.

L’attentat antisémite de Halle en Allemagne en octobre dernier et la profanation du cimetière juif de Westhoffen, ici en Alsace le mois dernier –

Face à ces terribles évènements, le Conseil de l’Europe se doit de mettre la lutte contre cette haine au coeur de ses priorités.

Car la lutte contre le racisme et le discours de haine est une lutte permanente, comme le soulignaient les conclusions de nos 47 ministres des Affaires étrangères l’an dernier à Helsinki.

Cette année, nous allons réviser notre Recommandation de politique générale sur la lutte contre l’antisémitisme.

Notre nouveau comité directeur sur l’antidiscrimination, la diversité et l’inclusion va entamer ses travaux.

Et nous préparons actuellement une Recommandation du Comité des Ministres sur la « Transmission de la mémoire de la Shoah et prévention des crimes contre l’humanité ».

Ainsi, avec le soutien des États membres, nous allons poursuivre notre combat pour une Europe où chacun puisse vivre et s’épanouir dans la paix, la sûreté et la sécurité.

C’est la raison d’être de notre Organisation.

Cependant, à titre individuel, chacun et chacune d’entre nous a un rôle à jouer.

Nous devons voir dans l’autre notre égal, dont les droits et la dignité sont primordiaux.

Et nous devons être prêts à dénoncer tout préjugé en acte ou parole que nous voyons et entendons autour de nous.

Nous avons le devoir d’œuvrer pour l’inclusion et pour donner à chacun sa chance.

C’est un devoir mais c’est également un privilège.

C’est la raison pour laquelle nous devons nous souvenir, et ne jamais oublier.