DEPUTY SECRETARY GENERAL

Gabriella Battaini-Dragoni

Deputy Secretary General

Mrs Battaini-Dragoni was born in Brescia, Italy on 13 August 1950. She was elected to the post of Deputy Secretary General in June 2012 and took up her duties in September 2012.

SPEECHES

European Day of Remembrance of the Holocaust and prevention of crimes against humanity

Centre européen de la jeunesse, Strasbourg, 

Chers invités,

 

Merci d'être venus pour rendre hommage à la mémoire de l'Holocauste
ce 27 janvier, la date anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz Birkenau par l'Armée rouge en 1945.

Soyez les bienvenus dans les locaux du Centre européen de la jeunesse,
un endroit inspiré par la paix, le respects des droits de l'homme,
la coopération internationale, la tolérance et le dialogue entre les cultures. Ce Centre fait partie du Conseil de l'Europe, première organisation internationale créée sur notre continent après la deuxième guerre mondiale, à Strasbourg, ville emblématique par excellence. Avec nos 47 Etats membres, nous œuvrons pour une Europe des droits de l'homme, de la démocratie et de la prééminence du droit. 

Nous sommes réunis ici pour montrer toute l'importance que nous attachons à la transmission de la mémoire de l'Holocauste aux jeunes,
et à l'engagement des jeunes pour la paix, le respect de l'autre et la lutte contre toutes formes de crimes contre l'humanité.  

Il y a quelques semaines, en rendant visite non loin d'ici au camp de concentration du Struthof et au « Centre européen du résistant déporté », j'ai déjà exprimé ma conviction que ce sont la mémoire et le contact direct avec les témoignages du plus grand crime contre l'humanité
du 20ème siècle qui nous aident à comprendre la valeur des droits de l'homme.

Cette même impression, je l'avais déjà ressentie à Terezin en République Tchèque, en 2006, alors que, dans le cadre du programme sur
« la mémoire de l'Holocauste et la prévention des crimes contre l'humanité », le Conseil de l'Europe réunissait les ministres européens de l'éducation sur les lieux d'un autre camp de concentration nazi. Dans leurs conclusions, les ministres avaient souligné que l'enseignement de la mémoire de l'Holocauste doit avoir pour but non pas seulement de comprendre le passé, mais d'encourager une conscience morale et un sens de la citoyenneté europénne qui nous mettront en garde contre chaque tentative de repéter de tels actes, sous toutes ses formes.

Voilà l'approche du Conseil de l'Europe. Nous mettons l'accent en particulier sur la transmission de la mémoire, sur le lien entre passé et présent, sur les notions de tolérance, de non-discrimination, de citoyenneté active. Le Conseil de l'Europe se fait un devoir, dans le cadre de son programme relatif au devoir de mémoire de sensibiliser enseignants et formateurs d'enseignants, acteurs culturels, monde des medias et jeunes, partout en Europe.

Je me réjouis du fait que se trouvent parmi nous aujourd'hui ces jeunes allemands venus de la ville de Landau. Je sais que pour la jeune génération allemande, vivre avec la mémoire de l'Holocauste n'a jamais été facile,
et ne le sera jamais. L'Europe compte sur vous, sur votre engagement souvent exemplaire et sur votre sensibilité, contre les nouvelles formes de haine raciale et de discrimination envers les minorités qui se répandent actuellement ici et là sur notre continent.

Lewis Carroll, le fameux auteur britannique du 19e siècle, a écrit :
« Une mémoire qui n'opère que dans le passé n'a rien de bien fameux ». Ainsi,  commémorer l'Holocauste aujourd'hui nous oblige à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour prévenir les crimes futurs contre l'humanité.

Avec notre partenaire, le « Centre européen du résistant déporté »,
nous avons souhaité mettre en exergue cette année « la Shoah par balles », ces massacres, épisode tragique de l'Holocauste des juifs de l'Est de l'Europe, peu connus pendant longtemps. Je sais que le travail de mémoire, que nous avons devant nous cet après-midi, sera souvent extrêmement pénible — mais je suis également convaincue qu'oublier ces catastrophes ne nous aidera pas à bâtir l'avenir de notre continent,
au contraire. C'est la mémoire qui nous offre les leçons nécessaires pour construire la paix et assurer les droits de l'homme pour tous.

 Et ceci est exactement la mission du Conseil de l'Europe.

 Je remercie tous les organisateurs, experts et organismes partenaires, pour avoir préparé cette importante manifestation à l'occasion de la « Journée européenne de la mémoire de l'Holocauste et de prévention des crimes contre l'humanité » de l'année 2013.  

 Je vous remercie pour votre attention.