Réunion informelle des Ministres de la culture: «Le nouveau rôle et les nouvelles responsabilités des ministres de la culture pour initier le dialogue interculturel» - Strasbourg, les 17 et 18 février 2003 

Plan d’action 2002-2004

Présentation du projet

En ce début de troisième millénaire, nous nous trouvons dans un environnement multiculturel à la fois riche de promesses mais aussi porteur de conflits.

En Europe, tout comme dans d’autres continents, la culture est parfois détournée pour justifier des conflits inter-culturels et inter-religieux qui peuvent toucher tant l’Europe de l’Ouest que l’Europe de l’Est. Les événements du 11 septembre 2001 ont démontré que cette problématique peut mener à des événements tragiques à l’échelle mondiale.

Certes, la politique culturelle ne résoudra pas tous les problèmes de la societé, mais le Conseil de l’Europe est convaincu que la culture, en tant qu’instrument de communication privilégié, est un facteur essentiel à considérer soit pour la prévention de situations de conflit, soit pour assurer une meilleure cohésion sociale post-conflictuelle, un meilleur «vivre-ensemble».

Par son projet « Dialogue interculturel et Prévention des Conflits », le Service des Politiques et Actions Culturelles propose d’analyser les sources et les mécanismes qui sont à l’origine de conflits inter-culturels et inter-religieux pour les prévenir mais aussi de mettre en oeuvre des actions de réconciliation à mener dans la phase post-conflit. Une coopération inter-villes et inter-régions sera mise en place dans les Etats membres et dans toute la mesure du possible dans le cadre plus large de la Méditerranée.

Objectif

L’objectif général de ce projet est de promouvoir le dialogue interculturel et inter-religieux, de promouvoir le respect mutuel et la compréhension entre les différentes communautés et de prévenir les conflits par le biais de politiques et d’actions culturelles.

Descriptif des tâches/activités et des résultats attendus

Ce Projet se décline en activités de recherche, en analyse d’exemples de bonne pratique et en soutien d’actions culturelles de terrain.

Le Plan d’action du projet consiste en quatre groupes d’actions, visant respectivement le développement de concepts et de normes ; la création de réseaux de coopération ; la promotion de la dimension européenne dans les projets culturels ; la mise en place d’initiatives emblématiques.

Chacun de ces groupes d’action inclut plusieurs activités comme indiqué ci-dessous.

PLAN D’ACTION 2002- 2004

Groupe I : Concepts et normes

Colloque ministériel (2002) sur le nouveau rôle et les nouvelles responsabilités des ministres de la culture pour initier le dialogue interculturel, dans le respect de la diversité culturelle visant à l’adoption d’une Charte définissant une stratégie appropriée de coopération culturelle pan-européenne destinée à prévenir les conflits par le biais d’actions culturelles (à mettre en oeuvre en 2003/2004) ;

“Le dialogue au service de la communication interculturelle” : colloque d’experts (2002) permettant un débat entre des représentants de différentes religions, des experts en matière de dialogue interculturel et interreligieux, de prévention des conflits, des droits de l’homme, des représentants des organisations internationales, des fondations, des ONG, et des acteurs culturels travaillant sur des projets concrets de communication interculturelle. Ce Colloque a pour objectif de lancer une étude sur les initiatives existantes, d’analyser et de soutenir la mise en place de projets-pilote de communication interculturelle et interreligieux et d’évènements emblématiques afin de réaliser un guide de bonnes pratiques pour tous les acteurs concernés. Ce guide fera l’objet d’une large diffusion et de discussions lors de séminaires régionaux (2003-2004) ;

Diversité culturelle, pratiques artistiques et culturelles et prévention des conflits : conférence (2002) réunissant artistes, scientifiques, acteurs culturels et responsables politiques dans le domaine de la diversité, dans le but de définir les principes et les politiques de mise en oeuvre d’une stratégie basée sur le concept de “citoyenneté culturelle”. L’évaluation des résultats d’activités de coopération et de projets-pilote centrés sur des attitudes et des comportements positifs conduisant, par le biais du dialogue, vers une nouvelle dimension de la citoyenneté guidera l’élaboration d’une telle stratégie (à mettre en oeuvre en 2003-2004) ;

Groupe II : réseaux de coopération 

Coopération entre régions interculturelles : mise en place en 2002 d’une coopération initiale entre la région euro-arctique de Barents (Scandinavie et Fédération de Russie) et le Sud-Est de l’Europe dans le but d’initier des projets concrets de coopération culturelle interactive dans la Région (formation, créativité, échange et soutien dans l’organisation d’événements culturels). En 2003-2004, ce projet s’ouvrira à d’autres régions intéressées (ex: Caucase, Mediterranée). Les projets de coopération seront reliés par un itinéraire interrégional ; des expositions itinérantes des travaux représentatifs réalisés dans le cadre de ce projet seront organisées ;

“Villes partagées” : analyse de l’impact des projets culturels sur la promotion/reconstruction du dialogue intercommunautaire dans les “villes partagées” (pour des raisons politiques, administratives ou culturelles) par le biais d’études de cas et de projets-pilote (2002). Les résultats de cette analyse feront l’objet d’un recueil de bonnes pratiques et conduiront à la définition de lignes directrices destinées aux responsables politiques, à la société civile et aux acteurs culturels (2003/2004). Une mise en réseau des “villes partagées”, des expositions et des événements culturels conjoints sont également prévus ;

“Enclaves de paix” : observation et analyse des différentes situations qui ont fait que, au plus fort des événements qui ont secoué l’Europe du Sud-Est, certaines régions, certaines villes ont résisté au déchirement entre communautés culturelles, créant de véritables « enclaves de paix ». L’analyse s’appuyant sur des études de cas (2002) conduira à une compilation d’exemples de bonnes pratiques (2003) et à l’élaboration de lignes directrices/stratégies destinés aux autorités publiques, à la société civile et aux acteurs culturels (2004). Un soutien sera apporté à la mise en réseau des projets-pilote, à l’organisation d’expositions et d’événements culturels conjoints ;

Groupe III : identité européenne : sa dimension dans les projets culturels 

La dimension interculturelle dans les arts : organisation d’un colloque d’experts sur l’Histoire de l’Art (2002) afin de sensibliser les historiens d’art à la nécessité de présenter les projets culturels de manière à assurer respect et traitement équitable aux expressions culturelles des différentes communautés du projet ; extension à d’autres formes d’expression artistique (musique, NTI) et organisation de séminaires de sensibilisation (2003-2004) ;

Archives : aide à la reconstitution et à l’accès des archives dans les anciennes entités politiques les plus importantes afin de contribuer à l’établissement d’un patrimoine européen commun pour la recherche scientifique et historique : colloques destinés aux historiens et archivistes spécialistes de l’ex-empire ottoman, de l’ex-URSS et de l’ex-Yougoslavie dans l’objectif d’élaborer des propositions de coopération et de mise en oeuvre de la Recommandation R (2000) 13 (2002/2004) ;

Formation des acteurs culturels à la dimension interculturelle : inclusion de la dimension interculturelle (rôle et responsabilités dans la promotion du dialogue interculturel) dans les cours de formation destinés aux médiateurs, administrateurs culturels, conservateurs de musées, éditeurs, bibliothécaires, etc. Etablissement d’un code de bonne pratique et organisation de séminaires de diffusion (2003-2004) ;

Groupe IV : initiatives emblématiques

Préparation d’exposititions et d’itinéraires culturels (2002-2004) sur les « rites et fêtes : expressions culturelles et religieuses en Europe” afin de permettre une meilleure connaissance des cultures et des religions par une approche mettant en lumière à la fois les différences et les ressemblances des expressions culturelles et religieuses en Europe – Définition d’une méthodologie mettant l’accent sur le respect et la compréhension entre les différentes communautés (2003/2004), destinée aux acteurs culturels, multiplicateurs de tels projets.